Ceux qui sont éliminés au premier tour — Législatives

En revanche, pour d'autres, c'est la débandade.

Ce renouvellement dans les grandes largeurs de la représentation politique se traduit par la défaite de très nombreux ténors de la précédente législature. Anciens membres du gouvernement, personnalités bien implantées dans leurs fiefs, ils ont été entraînés par la débâcle générale de la gauche. "À l'heure où je vous parle, sans appel, je ne suis pas qualifié pour le second tour des élections législatives dans la 4e circonscription des Bouches-du -Rhône", a déclaré sur TF1 Patrick Mennucci, expliquant que le lien qu'il avait "tissé avec les électeurs de [sa] circonscription n'était sans doute pas suffisamment fort pour résister à la recomposition politique actuelle".

Petite consolation: les candidats PS aux législatives ont fait un peu mieux que le candidat à la présidentielle Benoît Hamon, issu de son aile gauche minoritaire, tombé à 6,36 % des suffrages. Autrement dit, le parti pourrait se voir amputer de près de 9,7 millions d'euros par an (260 sièges x 37.280 euros) - sans compter les pertes en nombre de voix.

La candidate écologiste est éliminée dès le premier tour à Paris.

A l'opposé, La République en marche réalise un raz-de-marée avec 32,32% des voix, ce qui lui promet de 415 à 440 députés avec le Modem, loin devant Les Républicains/UDI (21,56%, 80 à 100 sièges), le FN (13,20%, 1 à 5 sièges), la France insoumise et le Parti communiste (11,02%, 10 à 23 sièges).

L'ancien ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, qui n'avait pas de concurrent LREM, sort en revanche en tête dans la Sarthe (30,3%), devant le candidat LR. Le candidat REM fait 28,39% et le candidat FN fait 20,32%. "Ceux qui ont une chance d'être élus la semaine prochaine, ce sont eux qui n'avaient pas de candidats En Marche! contre eux dans leur circonscription", précise la politologue Anne Jadot sur France 24. Les anciens ministres Matthias Fekl, Christian Eckert, Aurélie Filippetti ont connu le même sort. Franck De Lapersonne (FN) arrive en troisième position avec 15,94% des voix et l'ex-secrétaire d'État Pascale Boistard (PS) est cinquième avec 7,06% des voix.

C'était l'un des points chauds de ces élections législatives. Il serait devancé en voix par "La France insoumise" (11%) de Jean-Luc Mélenchon.

Emmanuelle Cosse: l'ancienne ministre annonce sur Facebook son élimination en Seine-Saint-Denis.

Édition: