Les nouveaux équilibres du gouvernement — Macron

Si effectivement, le garde des Sceaux a proposé dès cette date sa démission, cela signifie que le président Macron a préféré attendre la fin des élections législatives pour l'accepter. Elle souhaite démontrer sa bonne foi dans l'enquête préliminaire concernant les assistants parlementaires du Modem. Il doit s'exprimer sur ce choix lors d'une conférence de presse à 17h00.

Les avocats du MoDem ont fait savoir qu'ils remettraient cette semaine aux enquêteurs les dossiers censés étayer la réalité de la mission des assistants souvent multiformes: gestion de l'agenda, relations presse, rédaction de notes, etc. Les policiers de l'Oclciff (Office central de lutte contre la corruption et les infractions) vont examiner ces documents et recueillir des témoignages. "Il dénonce aussi l'arrivée annoncée de Marielle de Sarnez à la tête du groupe MoDem à l'Assemblée nationale et celle de Richard Ferrand en chef de file des députés LREM".

"Nous n'avons jamais eu d'emplois fictifs" au MoDem, a redit celui qui redeviendra maire de Pau, parlant d'"une affaire de "dénonciations anonymes" contre son parti dont il était "la véritable cible", et expliquant ne pas accepter "d'être condamné au silence". Pour rappel, une enquête préliminaire a été ouverture à ce sujet. Sylvie Goulard ne fera donc pas partie du nouveau gouvernement. Principal allié d'Emmanuel Macron, le président du MoDem a joué un rôle important dans son élection à la présidence de la République. Florence Parly est nommée ministre des Armées. Cette der nière avait été secrétaire d'Etat au budget sous le gouvernement Lionel Jospin à l'entame des années 2000. Il est remplacé à ce poste par Stéphane Travers, un ancien socialiste, député de la Manche.

Aucune des affaires qui empoisonnent le début du quinquennat n'a cependant donné lieu à ce stade à une mise en examen de Richard Ferrand, François Bayrou, Marielle de Sarnez ou Sylvie Goulard. Femme d'expérience, elle a notamment été porte-parole de l'ambassade de France aux États-Unis durant la guerre en Irak en 2003.

La juriste Nicole Belloubet succède de son côté au poste de ministre de la Justice à François Bayrou.

Les cinq nouveaux venus sont Sébastien Lecornu (LR) et Brune Poirson (REM), nommés auprès du ministre de la Transition écologique, Jean-Baptiste Lemoyne (LR), auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Geneviève Darrieussecq (MoDem), auprès de la ministre des Armées, Julien Denormandie auprès du ministre de la Cohésion des Territoires et Benjamin Griveaux, auprès du ministre de l'Economie et des Finances. Voici, en images, le second gouvernement du quinquennat d'Emmanuel Macron.

Édition: