Theresa May Perd La Main — Royaume-Uni

Les ministres des Finances Philip Hammond, des Affaires étrangères Boris Johnson, en charge du Brexit, David Davis ainsi que la ministre de l'Intérieur Amber Rudd et son collègue de la Défense Michael Fallon ont été reconduits dans leurs fonctions a indiqué Downing Street dans un communiqué, précisant que d'autres nominations seraient annoncées dans la soirée.

Militant de longue date, il s'est retrouvé comme un poisson dans l'eau dans les meetings à travers le pays, se montrant proche des gens et de leurs préoccupations, cherchant le contact, tout le contraire de la campagne de Theresa May.

Elle devait se rendre à 12H30 (11H30 GMT) au palais de Buckingham pour obtenir le feu vert d'Elizabeth II, a précisé son porte-parole.

Pour Guy Verhofstadt, chef des négociateurs du Brexit au Parlement européen, les négociations, dejà complexes, seront encore plus compliquées avec le pari perdu de Theresa May.

Selon les médias britanniques, elle devrait tenter de former un gouvernement minoritaire, peut-être avec l'appui du parti nord-irlandais unioniste DUP qui a remporté dix sièges. Au lendemain des élections législatives britanniques, la Première ministre Theresa May a été désavouée dans les urnes alors que son gouvernement a perdu la majorité absolue dont il disposait au Parlement. "Jeremy Corbyn s'est, dès ce matin, réjouit des résultats obtenus par son parti". Son leader, Paul Nuttall, n'est lui-même arrivé que troisième dans sa circonscription dans l'est de l'Angleterre.

La livre sterling s'est effondrée, perdant 3 cents US face au dollar américain. Enfin, dernière réaction, celle des financiers... qui auront le mieux souligné aux Britanniques la difficulté de leur situation: hier, la livre a de nouveau chuté -de 1,5 %- mais la Bourse de Londres terminé en hausse de 1,04 %, les grandes multinationales voyant dopée la valeur de leurs revenus à l'étranger du fait de cette chute. "Le grand pari de May échoue", résume le très conservateur Times dans un titre barrant sa une.

Theresa May aura au moins atteint cet objectif. Son homologue allemand, Günther Oettinger, a jugé lui que Londres était désormais un partenaire "faible" et "mauvais" pour négocier le Brexit. "Sans majorité absolue assurée, Theresa May va devoir essayer de former un gouvernement, ce qui pourrait être long et complexe". Michel Barnier, le chef des négociations pour le Brexit a fait savoir que Bruxelles attendrait que le Royaume-Uni soit prêt avant de se mettre à la table des négociations.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a lui aussi appelé à "faire le maximum pour éviter" une absence d'accord tandis que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, plus ferme, a mis en garde contre tout "retard supplémentaire" dans les négociations, affirmant que la Commission était prête. Quand "l'impératrice du Brexit" avait convoqué les élections anticipées, elle avait estimé que les divisions constatées au Parlement "mettaient en danger la capacité [du Royaume-Uni] à faire du Brexit un succès et causeraient une incertitude dommageable et une instabilité pour le pays". Du côté de anti-Brexit, certains pensent que ces résultats vont donner la possibilité de repenser la manière d'aborder le Brexit.

A gauche, les indépendantistes écossais du SNP essuient de lourdes pertes, à 34 sièges contre 54 précédemment, selon des résultats quasi finaux. Un échec qui met un frein à leurs velléités d'émancipation. Suite à cela, les négociations du Brexit s'annoncent difficile, selon Tony Travers, de la London School of Economics (LSE).

Édition: