Le Drian "regrette" mais "respecte" la décision du gouvernement — NDDL

Les terres garderont leur vocation agricole. L'agrandissement de l'aéroport de Rennes Bretagne, en banlieue immédiate de l'agglomération bretonne, sera lui aussi étudié, si la région Bretagne, propriétaire de l'infrastructure, le souhaite.

Ainsi peut-on résumer la tonalité des réactions de la classe politique à l'annonce d'Édouard Philippe.

Reste la question de l'indemnisation de Vinci par l'État. Les estimations varient entre 250 et 350 millions d'euros. Un montant qui pourrait selon les experts aller jusqu'à 450 millions d'euros. En 2010, l'Etat a signé un contrat de construction et de concession (pour 55 ans) de l'aéroport avec Vinci.

Quel manque à gagner pour Vinci? L'Etat a ainsi opté pour la rénovation de l'aéroport déjà existant, celui de Nantes Atlantique.

Un processus légal qui, selon le gouvernement, n'a pas suffi à légitimer un projet trop ancien pour s'inscrire dans le contexte incertain de son époque, affaiblie par un ressort économique usé et portées par des sensibilités citoyennes immuables qui font écho à celles qui s'étaient exprimées sur le plateau du Larzac dans le creux des années 1970. Mais les choses paraissent "toujours plus simples quand elles sont vues de loin". Il questionnait aussi "la légitimité" du référendum de 2016 en faveur du nouvel aéroport, qui n'avait pas abordé les autres options.

La fin de cinquante ans d'atermoiements et de cinq années de crise? C'est chose faite désormais: le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, à une heure de Nantes, est abandonné. Sans compter que l'actuel site est entouré de zones humides protégées. Il ne s'était pas encore exprimé sur l'abandon du projet mercredi après-midi. Un point que le Premier ministre n'a pas évoqué. "Dans un premier temps, l'aérogare de Nantes-Atlantique sera modernisé", a assuré Édouard Philippe. "Les autres sont partis, ils ont été compensés, ça me paraît compliqué qu'ils reviennent". Pour le mettre en œuvre, nous aurons besoin d'une période de gel de la redistribution institutionnelle des terres. Le Premier ministre a affirmé que les "occupants illégaux" de la ZAD devront partir d'ici le printemps prochain. Il faudra tout de même attendre de voir la nature du financement -entièrement public ou non- du projet de remplacement et son coût final pour se faire une idée.

Exit Notre-Dame-des-Landes, place au " réaménagement " de l'aéroport de Nantes". "Cette décision est une décision d'apaisement et doit être l'occasion d'un nouveau départ, l'occasion de construire différemment et intelligemment", a indiqué Edouard Philippe.

L'une d'elles, la RD281, dite aussi "route des chicanes", est obstruée depuis cinq ans de divers obstacles à la libre circulation.

" Si j'ai pris cette décision que je viens d'annoncer, je ne l'ai pas fait pour vous faire plaisir".

Édition: