Google écope de 4,34 Md€ d’amende en Europe — Android

Google est accusé de profiter de sa position dominante sur Android pour s'imposer dans ses propres applications.

Ce classement ne prend pas en compte les amendes prononcées contre des entreprises qui avaient pris des engagements auprès de l'UE pour mettre un terme à un abus de position dominante et qui ne les ont pas tenus, ou qui n'ont pas respecté les demandes de Bruxelles. L'accusation provenait du fait que Google installait son moteur de recherche et ses applications Android sur les appareils neufs. En juin 2017, l'entreprise a été condamnée par la Commission européenne à payer une amende de 2,42 milliards d'euros.

Coup dur pour Google en Europe! C'est un scénario improbable qui repose sur le fait que les consommateurs ne recherchent pas Chrome ou Google Recherche sur Android par la suite. Bruxelles a ordonné au géant américain de payer 4,34 milliards d'euros pour pratiques illégales visant à abuser de sa position dominante dans le secteur des smartphones.

Questionnée par l'AFP, la Commission, gendarme de la concurrence de l'UE, a refusé de faire le moindre commentaire sur ses intentions. Et se concentrer notamment sur les GAFA. Le géant américain "a 90 jours pour arrêter ses pratiques anti-concurrentielles". Ce n'est pas un comportement moral. Tous deux sont sortis il y a dix ans et règnent depuis sans partage.

L'App Store d'Apple a atteint 38,5 milliards de dollars (33 Md d'€) de recettes en 2017, mais la Commission ne le considère pas comme un concurrent direct puisqu'il fait partie de l'écosystème fermé des produits Apple.

Pichai souligne le fait qu'un typique utilisateur mobile va "installer environ 50 applications lui-même " et peut facilement supprimer les applications préinstallées.

"Le moteur de recherche de Google est son produit phare".

Google tire également directement des revenus de la plupart de ces applications parce qu'elles contiennent de la publicité et parce que certaines ont des versions payantes, comme YouTube Premium ou par exemple Drive, si l'on veut augmenter le volume de stockage en ligne. Quoi qu'il en soit, ne vous faites pas trop de souci pour lui car quelle que soit l'issue de cette affaire, elle se terminera en une lutte entre avocats qui durera des années. La Commission surveille activement le sujet.

Plus encore que l'amende, ce sont les mesures de restrictions européennes qui pourraient faire très mal à Google dans la zone Euro. Si elle ne s'exécute pas, elle sera frappée d'une astreinte équivalente à 5% du chiffre d'affaires d'Alphabet, sa maison mère, chaque jour de non-respect de la décision. Margrethe Vestager, la célèbre commissaire à la concurrence, a fourni quelques explications lors d'une conférence de presse. Il s'agit d'une somme record puisque jamais la Commission européenne n'avait infligé une telle amende. "Aujourd'hui, la décision de la Commission a rejeté le modèle économique qui fait vivre Android (...) C'est pourquoi nous ferons appel ".

Cette attaque européenne a également fait ressurgir aux Etats-Unis le débat sur le démantèlement de l'entreprise américaine ainsi que sur une éventuelle réécriture d'une législation probablement dépassée dans ce domaine. La commissaire danoise a assuré n'avoir aucun ressentiment contre les Etats-Unis qu'elle "aime beaucoup" en réponse aux assertions prêtées au président Donald Trump.

Édition: