Erdogan promet la "vérité", Ryad assure ignorer où est le corps — Khashoggi

La diplomatie française mouline des bras comme à l'accoutumée et Trump est dans l'attente, malgré des déclarations initiales sévères, dans l'attente d'explications des Saoudiens qui vont probablement faire porter le chapeau à un haut dirrigeant de leur renseignement.

Plusieurs collaborateurs de Mohammed Ben Salman sont impliqués dans cette affaire sordide.

Les preuves étaient accablantes. Selon des journaux turcs, son corps aurait ensuite été démembré.

Il s'agissait, selon le responsable turc, d'une "tentative de dissimulation" visant à faire croire que Khashoggi avait bel et bien quitté le bâtiment comme l'avait affirmé Ryad après sa disparition. "Il y a une chose incontestable désormais, c'est que le journaliste Jamal Khashoggi a été tué par les Saoudiens au consulat d'Arabie saoudite, a constaté sur franceinfo Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières".

Des responsables turcs affirmaient sous le couvert de l'anonymat qu'il y avait été assassiné par un commando spécialement envoyé de Ryad.

Dans une nouvelle contradiction, M. Jubeir a affirmé dans son interview à Fox que les autorités saoudiennes ne "savaient pas comment, dans le détail" le journaliste est mort, tout en parlant de "meurtre".

Les résultats préliminaires de l'enquête n'indiquent pas que Jamal Khashoggi a été torturé et décapité, contrairement à des rumeurs colportées par la presse turque, a ajouté cette source ayant requis l'anonymat.

Selon la version de Ryad, le journaliste a été tué au cours d'une rixe au consulat saoudien à Istanbul, où il s'était rendu le 2 octobre pour des démarches administratives.

Elle ajoute en outre que les enquêteurs ont obtenu les images de vidéosurveillance d'un autre véhicule diplomatique saoudien effectuant un arrêt de quelques minutes dans ce même parking dans les jours ayant suivi le meurtre de Khashoggi. Ainsi L'Union européenne a également jugé samedi 20 octobre les explications de l'Arabie saoudite insuffisantes. Il a annoncé qu'il ne travaillerait plus avec le royaume, tant que le prince héritier, Mohammed Ben Salmane, serait au pouvoir. Il a menacé l'Arabie saoudite de "très graves" conséquences si sa responsabilité était avérée. D'après le New York Times, qui s'appuie sur des témoignages et des documents, quatre de ces suspects font partie du personnel chargé de la sécurité de "MBS". Il ne pourra jamais être un leader mondial sur la scène mondiale...

Ils ont évoqué "les circonstances entourant la mort tragique du journaliste saoudien Jamal Khashoggi", a précisé Mme Sanders.

La réglementation canadienne sur les ventes de matériel à usage militaire prévoit des restrictions dans le cas de violations des droits de l'Homme des citoyens du pays destinataire de ces matériels et prohibe leur utilisation contre des civils. Le Inquisitr a rapporté hier que le Sénateur du Vermont Bernie Sanders a été l'un des dirigeants de l'appelant pour les états-UNIS à réévaluer sa relation avec Riyad, mais maintenant, un autre Sénateur a surpassé lui.

Édition: