Le Britannique Lewis Hamilton sacré champion du monde de Formule 1

Comme l'année dernière, Lewis Hamilton arrivait à Mexico avec l'espoir de décrocher un titre mondial. On a un peu dit que Lewis Hamilton n'était peut-être pas assez motivé, mais c'est là qu'on voit la trempe des vrais champions, c'est là qu'on peut se redonner de l'élan. Le Britannique s'approche donc de l'Allemand Michael Schumacher, pilote le plus titré de l'histoire avec 7 titres conquis entre 1994 et 2004.

Red Bull, pour sa part, a coché de longue date l'étape mexicaine, disputée sur le circuit le plus haut perché du calendrier, qui culmine à plus de 2000m.

Or Hamilton a remporté cinq des six GP disputés à Austin depuis 2012 et six des sept courses précédentes cette saison, les deux dernières devant son coéquipier finlandais Valtteri Bottas. Pis, il s'est à trois reprises (Italie, Japon, Etats-Unis) condamné à remonter des profondeurs du peloton après un accrochage! Sebastian Vettel et Kimi Raikkonen ont terminé respectivement deuxième et troisième, dimanche. La course a été compliquée. "J'ai pris un bon départ mais c'était une course horrible parce que je ne sais pas ce qui s'est passé par la suite avec les pneus".

Au classement, il compte 64 points d'avance sur Vettel, alors qu'il ne reste que deux courses à disputer et donc 50 points à distribuer.

Pour James Allison, directeur technique de l'écurie de Brackley, on n'hésite pas à parler de "raclée", au micro de Sky: "Sacré week-end, nous allons nous en souvenir longtemps!"

Stoffel Vandoorne (McLaren) a terminé la course à la 8e place, intégrant le top 10 et les points pour la 4e fois de la saison.

"Ce GP a confirmé (que) la bagarre pour le Championnat est loin d'être terminée, rappelle le patron des Flèches d'argent, Toto Wolff".

" Nous ne sommes plus en lice au championnat des pilotes mais nous pouvons jouer celui des constructeurs". En effet, c'est le dernier titre que Dieter Zetsche (en photo avec ses pilotes, cet été en Allemagne) vit dans ce rôle, puisqu'il prendra deux années sabbatiques avant de devenir président du conseil d'administration du groupe.

L'ancien pilote de Formule 1 et des 24 heures du Mans, Franch Lagorce, a réagi dimanche au cinquième titre de champion du monde de Lewis Hamilton.

Cette année se présentait pourtant comme celle de la mise à mal de la domination des Mercedes, le pilote Ferrari pouvait aller se battre pour le titre.

"Bien que nous ne disposions pas de la voiture la plus rapide en abordant l'été, les performances ont tourné en notre faveur récemment", constate-t-il.

Édition: