Election de mi-mandat aux Etats-Unis : les démocrates gagnent la Chambre

Le président américain Donald Trump de son côté n'a vu que la partie pleine du verre et s'est félicité des résultats mi-mandat en les décrivant comme étant un " immense succès ".

Plus important, la probabilité d'une procédure de destitution contre Donald Trump augmente grandement alors que les démocrates pourront ouvrir des enquêtes parlementaires sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du milliardaire et la Russie lors de la campagne présidentielle de 2016. Deux ans après l'élection d'un Donald Trump qui se vantait "d'attraper les femmes par la chatte" et de les embrasser de force, deux ans après l'échec de Hillary Clinton à devenir la première présidente des Etats-Unis, les femmes ont fait la différence lors des élections de mi-mandat.

Le pronostic le plus répandu est que les démocrates pourraient conquérir la majorité à la Chambre des représentants tout en restant minoritaires au Sénat.

Toutefois, les démocrates contrôlant la Chambre, ils seront soumis à un contrôle. Mais à l'approche de l'élection présidentielle qui aura lieu dans deux ans, l'administration Trump intensifiera certainement ses efforts pour redéfinir ces traités en dépendant le moins possible du soutien législatif du Congrès. "J'adorerais l'unité, la paix, l'amour", a-t-il lancé, avant de juger qu'il ne pouvait changer de ton en raison de la "malhonnêteté" des médias.

Les démocrates s'emparent de la Chambre des représentants. Quel équilibre des pouvoirs et des rapports de force cette nouvelle configuration politique va-t-elle engendrer? Sans surprise, les républicains gardent la majorité au Sénat, alors que les démocrates remportent la Chambre des représentants. A l'inverse, selon lui, les démocrates "se serrent les coudes" et votent en bloc. Nous avons beaucoup en commun sur les infrastructures, la santé. 26 de ces sièges appartenaient aux démocrates et ils devaient tous les conserver et en conquérir deux de plus, une tâche qui s'est avérée bien trop dure. "S'ils font cela, ils ne feront pas le reste.". Donald Trump a néanmoins tendu la main au camp opposé. Or, cette dernière a fait savoir qu'elle contrerait les projets de Donald Trump si les démocrates l'emportaient. Malheureusement pour eux, cela doit être approuvé par le Sénat et les républicains y règnent toujours en maîtres. Mais ils ont échoué en Floride, grand État que les démocrates croyaient mûr pour la reconquête.

Une délégation de la Chambre des conseillers a participé à l'opération d'observation des élections de mi-mandat.

Au moins 38 millions d'électeurs ont voté en avance, en personne ou par courrier, soit 40% de plus qu'en 2014, selon les chiffres compilés par le professeur Michael McDonald à l'université de Floride.

La carte électorale sénatoriale jouait, cette année, en faveur des républicains: le renouvellement par tiers concernait cette année des Etats majoritairement conservateurs.

"Il y a désormais un plus grand risque de fermeture des services administratifs alors que Trump a brandi de nombreuses menaces afin d'obtenir le financement de son mur" anti-immigration à la frontière avec le Mexique, anticipe Andrew Hunter, de Capital Economics. On comprend mieux, dès lors, les raisons que le poussent à crier victoire quand tout indique qu'il a perdu sa première bataille. C'est sur elle que Donald Trump va pouvoir rejeter tous les potentiels blocages de la seconde moitié de son quinquennat.

Saluant la performance "historique " des républicains " en dépit d' un désavantage énorme de financement et d'une couverture médiatique incroyablement hostile", il a étrillé les candidats dissidents de son propre camp - ceux qui ont choisi de prendre leurs distances avec lui pendant la campagne et qui ont perdu.

Édition: