MbS a ordonné l'assassinat de Khashoggi, selon la CIA

Par ailleurs, le fils du journaliste, Salah Khashoggi, a reçu des dizaines de personnes, dont des responsables officiels saoudiens et des hommes d'affaires dans la ville côtière de Jeddah, selon un photographe de l'AFP en Arabie saoudite. Plusieurs sénateurs américains, notamment démocrates, tout en saluant les sanctions imposées jeudi, ont estimé qu'il s'agissait de mesures "insuffisantes". "C'est assurément quelque chose que le Canada va étudier activement dans les prochains jours ".

Le régime saoudien fait donc bloc, du moins pour l'instant, autour du prince héritier, qui n'aurait été au courant de rien dans l'exécution de ce journaliste d'opposition.

Dans un communiqué, la porte-parole du Département d'Etat, Heather Nauert, a indiqué que les informations alléguant que les Etats-Unis étaient parvenus à une conclusion définitive sur cette affaire étaient "inexactes". Ils ont d'abord dit qu'il est mort dans une bagarre, puis dit ce dernier a été tué involontairement avant de finalement admettre que son meurtre était prémédité. Je pense que nous sommes solidaires avec nos partenaires internationaux pour exiger des comptes. Le ministre s'est dit "encouragé par le fait que l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont manifesté leur soutien au processus de paix des Nations unies, mené par l'envoyé spécial (de l'ONU) Martin Griffiths". Le contrat a été négocié sous le gouvernement conservateur précédent, mais nécessite des approbations constantes d'Ottawa pour que les véhicules canadiens continuent à être livrés au royaume saoudien. Elle demande également la suspension des ventes d'armes au royaume, en raison de son rôle dans la guerre qui déchire le Yémen.

Sur un total de 21 suspects, le procureur général a inculpé à ce jour 11 personnes et requis la peine capitale pour cinq d'entre elles, d'après la même source, sans rendre publique leur identité.

Selon lui, le chef de l'équipe dépêchée par Ryad pour ramener le journaliste de gré ou de force, aurait pris seul et sur place la décision de le tuer.

Après des semaines de négation de toute implication dans le crime, l'Arabie saoudite a reconnu par la suite que Khashoggi avait été tué à l'intérieur du consulat, tout en affirmant que la famille royale saoudienne n'avait jamais eu connaissance d'un complot visant à assassiner le journaliste. Alors que le Premier ministre canadien Justin Trudeau reconnaît que les renseignements de son pays ont bel et bien eu accès à ces vidéos compromettantes, de nombreux chefs d'État occidentaux nient fermement les avoir vues. Mais la Turquie ne l'entend pas de cette oreille.

Édition: