Midterms : comment Donald Trump va-t-il gouverner sans majorité pendant deux ans ?

"Merci à tous!". Une victoire qui couplée à la majorité à la Cour suprême devrait permettre au président américain d'avoir les coudées franches pour la seconde moitié de son mandat. Mais à la Chambre, la défaite est patente (une grosse vingtaine de sièges d'écart en faveur des démocrates selon les dernières estimations). Et pour cause: deux ans après son élection surprise, les élus républicains renforcent leur position majoritaire au sein du Sénat.

Elle "bloquera le parti républicain et les attaques" contre le système de santé, réformé sous Barack Obama.

Nancy Pelosi pourrait redevenir speaker de la chambre des représentants.

Les résultats des "midterms" rebattent les cartes de la politique américaine, mais Donald Trump n'est pas en danger pour autant. Au Sénat, les républicains améliorent leur position et pourraient passer de 51 sièges à 55 mais ce résultat s'avère trompeur: ces deux victoires ne sont pas symétriques. Cela n'a pas suffi, et les électeurs de son état ont préféré céder aux sirènes de Donald Trump qui s'est souvent déplacé pour eux, est venu à de nombreuses reprises tenter de les séduire depuis qu'il est élu, et qui l'a fait à nouveau durant cette campagne.

Une vague anti-Trump aux élections américaines de mi-mandat avait été envisagée au cours des derniers mois.

Le sénateur indépendant Bernie Sanders, ancien candidat démocrate lors des élections primaires de la campagne présidentielle américaine de 2016, rempile pour un troisième mandat de sénateur dans l'Etat du Vermont. Mais ils parient aussi sur le rejet de Donald Trump, qu'ils sont nombreux à qualifier ouvertement de menteur et de catalyseur des violences racistes et antisémites récentes. Mais il a voté démocrate. Dans cette Floride où tout se joue toujours sur le fil, il leur faudra trouver les mots pour contrer la rhétorique outrancière du président. Il est doué pour obtenir des votes et pour faire campagne.

"Connue pour ses affinités avec le président américain, la chaîne Fox News met dès lors en garde les démocrates: " Avec le pouvoir vient la responsabilité", interpelle l'éditorialiste Capri S. Cafaro, " Il est important de rester fidèle à vos principes tout en trouvant des moyens de travailler de l'autre côté du couloir. "C'est une invasion", martèle-t-il depuis plusieurs semaines à propos des migrants d'Amérique centrale qui traversent actuellement, en groupe, le Mexique vers la frontière américaine.

Concernant une éventuelle destitution du président - dont rêve bon nombre de démocrates - elle a très peu de chance d'aboutir, car les démocrates n'ont pas obtenu la majorité au Sénat et encore moins celle des deux tiers nécessaire pour une telle procédure. 26 des 35 sièges en jeux étaient détenus par des démocrates.

Le chef de la majorité à la chambre basse du Congrès est en effet le troisième personnage de l'Etat après le président et le vice-président.

Les démocrates afficheront un visage plus diversifié, notamment grâce à leurs candidates féminines. "Elles vont devoir s'arranger entre elles et on peut dire que l'agenda législatif est bloqué complètement pour les deux ans qui viennent", explique au Parisien Jean-Eric Branaa, maître de conférences à Paris 2, spécialiste des Etats-Unis.

Si elle redevenait "Madam Speaker", la démocrate a promis l'enfer à Donald Trump, qui l'a appelée ce mardi 6 novembre au soir, avant même que l'ensemble des bulletins ne soient dépouillés.

Les élections législatives n'étaient pas les seules enjeux de ces midterms, puisque les Américains devaient aussi élire 36 gouverneurs d'État. Sharice Davids, une combattante professionnelle d'arts martiaux mixtes, sera un des deux premières Autochtones du Congrès et la première lesbienne à représenter son État à Washington.

Édition: