Les Français appelés à faire des "efforts" (vidéo) — Emmanuel Macron

Emmanuel Macron a lancé, mardi 15 janvier, à Grand-Bourgtheroulde (dans l'Eure), une petite commune normande de 3 700 habitants, cette initiative qui se veut une réponse à la mobilisation des Gilets jaunes.

Un duo de ministres. La diversité des modes de traitement de sa lettre comme des analyses sur sa signification ‎et sur les chances de succès du grand débat national montre à quel point cette invitation au dialogue citoyen sort des codes habituels de la communication politique.

Il s'agit d'un remplacement au pied levé. Depuis le "jeter d'éponge " de Chantal Jouanno, l'exécutif peine à lui trouver un (e) remplaçant (e) qui ait le profil d'un de ces "sages " dont la République manque sacrément et, encore plus, la macronie.

Lire aussi: Grand débat: "Ni une élection ni un référendum".

Et par cette dernière phrase, le chef de l'État en a laissé perplexe plus d'un.

Le Gouvernement prendra en compte tous les avis et propositions exprimés dans le respect de la méthode et des règles du grand débat national, selon les principes de transparence, de pluralisme et d'inclusion, de neutralité, d'égalité, de respect de la parole de chacun.

Pour accompagner les Français, le gouvernement a enfin mis en place un numéro vert (0800.97.11.11).

Quelles sont ses modalités d'organisation?

Plus tard, lors des échanges, plusieurs maires sont revenus sur le sujet en évoquant la proposition de 28 présidents de départements, transmise en mars dernier au Premier ministre Edouard Philippe, de décider au cas par cas et de repasser aux 90 km/h sur certaines routes après une évaluation par les préfets.

Si les cahiers de doléances sont ouverts depuis les vacances de Noël, la mairie affirme avoir déjà prévu d'organiser un grand débat: " nous avons décidé d'en assurer prochainement l'organisation, mais attendons pour cela de recueillir toutes les informations nécessaires pour assurer son bon déroulement.

Les cinq "garants" veilleront "à la régularité de la méthode et à celle des travaux d'analyse et de synthèse des contributions recueillies".

Comment sera organisé le grand débat national?

Emmanuel Macron l'assure: "il n'y a pas de questions interdites".

Quid des autres thèmes qui ne rentraient pas dans ces questions?

Des débats auront également lieu sur Internet, sur une plateforme numérique dédiée, granddebatnational.fr dès le 15 janvier.

Même chose sur la laïcité: une discussion absolument absente du mouvement mais pas de la réflexion de Macron et de ses ministres qui s'en servent pour servir les plats à la droite et à l'extrême droite en relayant à bon compte les préjugés islamophobes les plus éculés. Un numéro vert France Métropolitaine 0 800 97 11 11 et le 01 82 71 03 39 pour l'Outre-Mer complétera le lancement de la plateforme numérique.

Le président aborde enfin les questions d'immigration et de laïcité. L'impossibilité pour nombre de " gilets jaunes " d'approcher du gymnase où Emmanuel Macron doit rencontrer les maires est aussi très critiquée.

Pourtant il trace plusieurs lignes rouges, en excluant de revenir sur les réformes votées sur la fiscalité sur le patrimoine.

Sur quoi peut-il déboucher?

" Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises " en matière fiscale " afin d'encourager l'investissement et faire que le travail paie davantage", confirme Emmanuel Macron dans sa lettre, à l'heure où les manifestants réclament le rétablissement de l'impôt sur la fortune (ISF)".

Édition: