Le créateur de Shadow réagit à l'annonce de Stadia

Et ce, sans avoir à les télécharger ou à les installer, sur le modèle de Netflix pour la vidéo ou de Spotify pour la musique. L'idée pour promouvoir ces services est qu'au lieu de faire dépenser les gamers pour du matériel de jeu coûteux, on pourrait miser sur le streaming qui, lorsqu'il est effectué correctement, ne nécessite pas d'avoir de matériel très performant, puisque les calculs sont gérés sur le cloud. Si son nom, Stadia (pluriel de stadium, pour accueillir tous les fans de jeu vidéo), n'est pas très inspiré, sa promesse, en revanche, ne manque pas d'ambition: permettre à n'importe qui de jouer n'importe où, sur tout appareil (PC, smartphone, tablette, télé) connecté à Internet grâce à la puissance du Cloud et du navigateur Chrome. Lautre information quil faut connaître est que Google entend utiliser YouTube pour amplifier son service de cloud gaming Stadia. Le signal vidéo est retransmis via les serveurs de Google qui sont répartis dans plus de 200 régions du monde. La manette comprend un bouton Share permettant de réaliser des captures et diffuser directement les parties sur YouTube (jusqu'en 4K, 60 images par seconde). D'après Google, il sera en effet tout à fait possible de jouer à un titre sur la plateforme et de streamer sa partie en même temps.

Google a également profité de sa conférence de presse pour présenter sa manette, une manette qui ressemble assez à celle de la Xbox One. Google devra aussi apporter la même qualité au niveau graphisme.

Le jeu vidéo actuel "n'a jamais été capable de simuler certains objets réels de façon réaliste, comme les vagues, la neige et sa façon de s'agglomérer ou de se transformer en avalanche, ou les dunes de sable", explique Darryl Long.

Mais la firme de Mountain View ne s'arrête pas là puisqu'elle lance son propre studio, baptisé Stadia Games and Entertainment, et dirigé par Jade Raymond, ancienne productrice pour le compte d'Ubisoft et d'EA.

Les éditeurs de jeux peuvent également décider de lancer leurs propres services de streaming.

Depuis 20 ans, la mission de Google est la même: rendre les informations accessibles et utiles au plus grand nombre. Sans oublier bien sûr Nvidia, dont le service GeForce Now propose plus de 500 jeux à l'heure actuelle, ni les autres géants qui préparent des choses en secret.

Google, dont le service de vidéo YouTube dispose d'une plateforme eSports retransmettant des compétitions de jeux vidéo, va ainsi faire son entrée dans un secteur où s'affrontent déjà des mastodontes comme Sony, Microsoft et Nintendo. On imagine mal le service de Google réservé aux seuls possesseurs de la fibre, mais peut-on envisager de jouer dans une région mal desservie? Deux autres géants, Amazon et Apple, semblent préparer une offensive sur le jeu vidéo. "Et il est équipé d'un bouton Google Assistant et d'un microphone intégré".

Google doit encore se constituer un catalogue solide pour attirer les utilisateurs sur sa plate-forme.

Comment fonctionne le jeu en streaming? Bref, ils ont les moyens de faire ce qu'ils veulent et sauf énorme erreur de leur part, ils vont clairement se faire une place sur ce marché en grignotant les parts des autres.

Édition: