Les députés britanniques rejettent une sortie sans accord de l'Union européenne — Brexit

Après avoir rejeté d'extrême justesse l'option d'une sortie sans accord, ce mercredi, les députés britanniques ont voté pour un report du Brexit et un nouveau vote sur l'accord de retrait de l'Union européenne, ce jeudi. Et cette fois-ci, le sort pourrait lui sourire. Il a, en effet, fait l'éloge des énormes avantages que pourraient représenter un accord commercial avec son pays pour Londres.

Le chef du Labour, principal parti d'opposition, Jeremy Corbyn, a répliqué que le Parlement devait " maintenant reprendre le contrôle de la situation " et qu'il s'agissait de trouver une " solution de compromis " soutenue par la Chambre des communes. Mais pour Theresa May, les soirées se ressemblent.

Les investisseurs s'attendent, ce soir, à un vote du Parlement allant dans le sens d'une demande de report du Brexit.

Les élus de la Chambre des communes se sont exprimés hier soir en faveur d'une sortie de l'Union européenne avec un accord négocié. Selon des informations du Guardian, des discussions étaient en cours dans la journée de jeudi entre les deux parties. "Une courte extension technique ne sera offerte que si nous avons un accord en place", a dit la dirigeante conservatrice. Mais deux conditions vont leur être communiquées pour que cela soit possible. Une évolution qui n'a pas suffit à convaincre les députés. Dans un avis juridique transmis mardi matin, l'attorney general Geoffrey Cox avait dû concéder que le nouveau protocole n'avait qu'une portée juridique "incertaine".

En revanche, un amendement qui aurait redonné au Parlement la main pour organiser des débats et des votes "indicatifs" sur des options alternatives susceptibles de réunir une majorité - qui aurait sérieusement limité la marge de manoeuvre de Theresa May - a été rejeté de justesse par 314 voix contre 312.

L'increvable Theresa May s'en est sortie encore une fois, ce mercredi soir, même si l'avenir et la réalité du Brexit restent toujours aussi aléatoires et improbables. La direction eurosceptique du parti (travailliste) a trahi nombre de soutiens et d'électeurs travaillistes aujourd'hui en ne votant pas " pour l'amendement, a tweeté l'un d'eux, Chuka Ummuna, ex-Labour". Il estime ainsi que " si la première ministre doit promettre de démissionner une fois son accord accepté pour obtenir les votes nécessaires à un Brexit ordonné, elle devrait l'accepter et autoriser qu'un nouveau dirigeant unisse la nation derrière une approche différente, et supervise la prochaine étape, cruciale ".

"Parce que certains (députés) pro-Brexit qui n'ont pas soutenu l'accord de Theresa May sont désormais confrontés à la perspective de plus en plus claire d'un report, le gouvernement espère que l'accord de Mme May deviendra à leurs yeux plus intéressant", souligne Alan Wager, un expert du think tank "UK in a Changing Europe", interrogé par l'AFP. Les trois autres amendements à la résolution sur le report du Brexit n'ont pas été adoptés non plus.

Édition: