Un échec Relatif Pour Donald Trump — Sommet à Hanoï

Le risque était couru, le dilemme connu.

Le président sud-coréen Moon Jae-in s'est probablement senti mal à l'aise.

Donald Trump a cherché vendredi à se sortir d'une polémique sur sa complaisance supposée vis-à-vis de Kim Jong Un, plaidant une "mauvaise interprétation" après avoir semblé exonérer le leader nord-coréen de toute responsabilité dans la mort d'un jeune Américain détenu par Pyongyang. "La Corée du Nord ferait la même chose - et très rapidement - si elle décidait de dénucléariser", avait tweeté le président américain, évoquant la possibilité d'un avenir "GENIAL" pour ce pays reclus, aujourd'hui sous le coup de nombreuses sanctions internationales. "J'aurais aimé aller plus loin, a poursuivi Trump". Et d'ajouter, fataliste: "Des fois, il faut savoir quitter la table".

Sont ensuite prévues une "cérémonie de signature d'un accord conjoint", sans autre détail, et une conférence de presse avant le départ de Donald Trump pour Washington.

Selon le président américain, Pyongyang ne reprendrait pas ses essais nucléaires.

A Hanoï, des habitants en liesse rassemblés sur les trottoirs ont salué le dirigeant nord-coréen avant qu'il ne s'engouffre dans l'hôtel Melia, un établissement moderne situé au coeur de la capitale, où il devrait séjourner cette semaine. Ses propos ne laissaient d'ailleurs pas paraître une réelle conviction. "Il ne pouvait pas rééditer le coup de Singapour". Washington voulait plus de dénucléarisation quand Pyongyang souhaitait la fin des sanctions.

C'est sans doute l'épineuse question qui aurait fait bloquer les négociations. L'objectif avoué de ce second rendez-vous vise à donner une certaine consistance à la déclaration qui a sanctionné le sommet de Singapour dont il est apparu que les "engagements" étaient avant tout symboliques.

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire. Il s'agit du premier voyage d'un dirigeant nord-coréen au Vietnam depuis celui de son grand-père Kim Il Song en 1964. "Nous connaissons chaque parcelle de ce pays". La précédente administration n'avait rien fait, alors qu'ils avaient été pris quand ils étaient aux commandes. Mais les Américains estiment que la Corée du Nord dispose d'autres structures de ce type. "Il a affirmé que les essais des fusées et des missiles ne commenceront pas".

L'avion présidentiel américain est attendu mardi soir à Hanoï, après une escale technique de ravitaillement en chemin. C'est dire combien cette nouvelle rencontre est lourde d'enjeux. "La dynamique risque d'être difficile à tenir, reprend Marianne Péron-Doise". Une unité spéciale de police armée est déployée devant l'Opéra de Hanoï où serait organisé un banquet en l'honneur de Donald Trump et de Kim Jong-un.

"Les lendemains pourraient ne pas être simples pour Kim Jong-un non plus".

Yang Xiyu, chercheur à l'Institut chinois d'études internationales, a lui souligné que le processus de dénucléarisation dans la péninsule coréenne avait connu plusieurs tournants dans le passé, mais ne s'arrêtera jamais "parce que cela est dans les intérêts de toutes les parties, y compris la RPDC".

Édition: