De nouveaux milliards à trouver — Annonces de Macron

La conférence de presse du président Emmanuel Macron a été suivie jeudi soir par environ 8,5 millions de téléspectateurs toutes chaînes confondues, selon les données de Médiamétrie diffusées vendredi.

Les pistes avancées pour financer les nouvelles mesures semblent extrêmement fragiles.

Lors de son discours préliminaire Emmanuel Macron n'a pas chiffré l'ampleur de la réduction d'impôt et il a fallu attendre une question pour qu'il y réponde sans se montrer catégorique. Sur le fond, il est resté, sur le volet économique, fidèle dans les grandes lignes à son cap d'une politique de l'offre. Le chef de l'État a affirmé que ces années de scolarité étaient capitales: "C'est le moment où on apprend à lire, à compter, à bien se comporter". Sur le papier, tout est clair. Au total, donc, ce sont près de 8,5 millions de personnes qui ont suivi l'intervention d'Emmanuel Macron, et l'annonce de ses nombreuses mesures: parmi elles, son intention de supprimer l'Ecole nationale d'administration (ENA), l'absence de retour de l'ISF ou encore la baisse de l'impôt sur le revenu. Mais cette baisse d'impôt serait concentrée sur les "classes moyennes", a-t-il précisé. Ce soir, depuis l'Elysée, le Président de la République devrait annoncer ses propositions pour sortir de la crise sociale des gilets jaunes.

Laurent Wauquiez a également fustigé un manque d'annonces " sérieuses " sur la baisse de la dépense publique. "Sait-on tout aujourd'hui? Je ne sais pas, il a droit à la présomption d'innocence, aussi, comme tout citoyen dans la République", a ajouté Emmanuel Macron au sujet de son ex-collaborateur mis en examen pour avoir notamment frappé des manifestants le 1er mai à Paris. À la place, pour " travailler plus ", il propose " d'allonger la durée de cotisation, et de laisser le libre choix ". Emmanuel Macron avait alors mis sur la table plus de 10 milliards d'euros avec l'annulation des hausses de taxe sur le carburant et de l'augmentation de CSG pour 3,5 millions de retraités, la défiscalisation des heures supplémentaires et la hausse de la prime d'activité.

Au programme, qui a en partie fuité dans les médias la semaine dernière: pouvoir d'achat, retraites, démocratie, décentralisation, environnement avec la création d'un "Conseil de défense écologique", santé, ruralité, frontières, Europe.

Toujours pour lutter contre les inégalités dès l'enfance, Emmanuel Macron a annoncé vouloir "aller beaucoup plus loin" pour les enfants en situation de handicap ou de décrochage scolaire. "27/04 manif 01/05 manif 04/05 manif 08/05 manif 11/05 manif 18/05 manif 25/05 manif", a répondu lapidairement sur Twitter l'une des figures des "gilets jaunes", Priscillia Ludosky, peu après la conférence de presse.

Les associations de retraités ont admis vendredi qu'Emmanuel Macron avait fait "un pas" à leur égard en promettant une indexation des retraites sur l'inflation et en augmentant le minimum contributif mais jugent ces avancées insuffisantes.

" Je veux qu'on puisse changer plus fortement de méthode pour répondre plus concrètement et de manière plus radicale aux attentes", a-t-il annoncé.

Édition: