La réalisatrice Agnès Varda est décédée

Issue de la Nouvelle Vague française, Agnès Varda a sans contredit été une figure majeure du cinéma indépendant.

La pionnière de la Nouvelle Vague est décédée, ce vendredi, à 90 ans. En février de cette année, elle reçoit un prix d'honneur au festival de Berlin et présente un documentaire Varda par Agnès sous la forme de débat autour de ses films. En 1977, elle revient en France et signe ce qui restera comme le film féministe par excellence: "L'une chante, l'autre pas". En 1985, dans Sans toit ni loi, Agnès Varda filme Sandrine Bonnaire en jeune vagabonde qui finit par mourir de froid. Mais comme dans le diptyque Kung-Fu Master / Jane B. par Agnès V., avec Jane Birkin, la frontière entre fiction et documentaire est toujours indécise.

Un dernier hommage pour une réalisatrice mondialement célébrée. "Vilar m'avait dit 'tu feras ce que tu pourras, et on te logera'".

La récompense américaine reçue par Varda en 2017 est l'une des illustrations de la reconnaissance de sa grandeur dans le cinéma de son vivant. L'occasion pour les deux femmes de s'accorder quelques pas de danse. Pas sûr qu'elle marquera l'histoire de l'art aussi fortement que le travail de Varda. Maladie, anarchisme, guerre du Vietnam, Black Panthers, tant ses documentaires que ses films sont emprunts de social et de ceux dont on ne parle jamais. Elle en fit sa maison, y vécut avec Jacques Demy. Comme Agnès Varda elle-même. Née le 30 mai 1928 à Ixelles en Belgique, elle devient d'abord photographe, avant de réaliser son premier long-métrage La Pointe courte en 1955 avec Silvia Monfort et Philippe Noiret. Visages, Villages, un film itinérant fait de rencontres, pour l'amour des gens. "Il faut dire que la " papesse du cinéma " aimait particulièrement le mélange des genres", et l'assumait pleinement " Si l'on a un peu d'invention pourquoi se donner une case". Preuve qu'avec ses yeux pétillants, son esprit vif et sa curiosité de l'autre, cette photographe inclassable ne goûtait rien tant que de transmettre son expérience et son audace. Les Sétois pleurent une sœur complice, éclairée et enchantée. Des couples ont joint leurs mains devant son objectif: "Les photos ont été prises avec en fond la toile cirée de ma table de cuisine", racontait-elle.

Édition: