Google ferme le canal à Huawei — Android

Vendredi, les avocats de Huawei étudiaient encore l'effet qu'aura la décision de Washington de placer l'entreprise sur une liste noire.

Toutefois, si certains évoquaient l'arrêt immédiat des mises à jour des applications ou même de l'accès au PlayStore, Google se veut plus rassurant.

Huawei a déclaré dans un communiqué peu après l'annonce du gouvernement américain qu'il était " contre la décision prise par le département du Commerce des États-Unis ". Notamment celles qui développent des technologies hardwares et softwares.

Pour les smartphones Huawei mais aussi Honor déjà commercialisés, les services mobiles de Google resteront assurés, au moment à court terme. En 2018, Huawei a vendu environ 200 millions de smartphones dans le monde dont la moitié en Chine où les appareils de ses différentes marques fonctionnent sans les applications de Google remplacées par des concurrents nationaux tels que Tencent et Baidu. Au lieu de purement et simplement interdire les smartphones Huawei sur le marché américain, il a tranché à la racine. L'absence de mise à jour de ce type n'est donc pas très importante.

Google n'a pas encore détaillé comment cette suspension d'Android et des services liés va se profiler.

Il existe d'ailleurs énormément d'alternatives aux services et applications de Google, les utilisateurs pourront donc continuer de consulter des apps de navigations, de messagerie, moteur de recherches et autres.

Ces Matebook sont aussi équipés de puces NVIDIA et AMD, deux entreprises américaines qui ne se sont toujours pas exprimées sur la question. Huawei devra donc équiper ses smartphones d'un autre OS.

D'après Bloomberg, les salariés de ces entreprises ont ainsi reçu un mémo leur indiquant que tous les contrats d'approvisionnement avec Huawei étaient gelés jusqu'à nouvel ordre. L'agence de presse évoque le cas d'Infineon Technologies AG, mais surtout les géants Qualcomm Inc, Intel Corp et Broadcom Inc. Huawei pourrait compenser ce manque par l'installation de sa propre boutique d'applications. Autrement dit, les possesseurs de smartphones et tablettes Android Huawei ne seront pas affectés par cette mesure de boycott.

Trois mois, c'est beaucoup. Et d'une féroce guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. Huawai arrive en tête puisque d'après les américains, la société ferait de l'espionnage aux Etats-Unis pour le compte du gouvernement chinois.

Une telle situation fragilise grandement Huawei: si les smartphones de la marque étaient déjà bannis à la vente sur le territoire américain, la firme chinoise se voit écartée du marché de la 5G, sur lequel elle possède une forte avance sur ses concurrents Nokia et Ericsson. En attendant, il s'attend à un léger ralentissement de sa croissance.

Le groupe chinois figure dans une liste d'entreprises suspectes auprès desquelles on ne peut commercer qu'après avoir obtenu un feu vert des autorités américaines. Dès ce matin, les valeurs technologiques liées à Huawei étaient en baisse dans les bourses asiatiques.

Édition: