Attaques en mer d'Oman: le pétrolier japonais en route vers les Emirats

"Les marins disent que le bateau a été touché par un objet volant".

M. Katada avait indiqué jeudi que le navire, qui transportait du méthanol, avait apparemment subi deux attaques successives.

" Je pense que c'est un bel échec [a class "A" screw up] de l'Iran à placer une mine sur le navire, a-t-il dit au sujet de la vidéo". L'équipage d'un navire norvégien a pu s'en sortir indemne. Le communiqué précise que, "des navires américains sont dans la zone et prêtent assistance". "La cargaison n'est pas endommagée", a-t-il assuré. Washington avait alors déjà pointé du doigt Téhéran, qui avait démenti. Le Japon, allié des Etats-Unis cherchait à apaiser les tensions entre Washington et Téhéran qui ont connu un pic ces dernières semaines. "Nous voulons que le flux de ces ressources reste sûr afin d'assurer la stabilité de l'économie mondiale", a déclaré le ministre émirati en Bulgarie. "L'Arabie saoudite a fait part de sa " grande inquiétude " et les Emirats ont dénoncé une " dangereuse escalade ".

Quant à la Chine, elle a appelé "au dialogue".

Le porte-parole du Kremlin a lui mis en garde contre des "accusations gratuites" et dans sa prière de l'Angélus, le pape François a prôné la voie "de la diplomatie". Les deux pays se renvoient la responsabilité des faits survenus dans un passage maritime stratégique.

Dans la matinée de jeudi, un mois après le mystérieux sabotage de quatre tankers (un norvégien, deux saoudiens et un émirati) dans le sud du détroit d'Ormuz, deux autres navires commerciaux ont été victimes de ce qui ressemble fort à des attaques en bonne et due forme quasiment au même endroit. Les 21 membres d'équipage avaient été secourus par la marine américaine.

Après les attaques contre deux pétroliers en mer d'Oman, la tension est montante. Londres, autre ennemi historique de l'Iran accuse également la République islamique.

D'autres pays ont été plus prudents.

Le Royaume-Uni a rejoint les Etats-Unis dans leurs accusations contre l'Iran, et son ambassadeur en Iran a été convoqué par les autorités iraniennes. Aux abords de l'un des navires ils seraient en train d'extraire une mine ventouse de la coque. Dans un premier temps, Téhéran a parlé d'"accident" et indiqué avoir porté secours à "deux tankers étrangers" en mer d'Oman. L'US Navy a par ailleurs vu une mine non explosée sur le flanc d'un des pétroliers, selon un responsable américain, sans être toutefois en mesure d'évoquer un lien entre cet engin et l'Iran à ce stade.

Édition: