Theresa May annonce sa démission

Un farouche partisan de la sortie de la Grande-Britannique de l'Union européenne (UE), Boris Johnson, est perçu comme étant un candidat intéressé par la succession de Mme May.

Le Kremlin a qualifié le mandat de Theresa May de " période très compliquée " pour les relations entre le Royaume-Uni et la Russie, disant " suivre avec attention " la situation après l'annonce de sa démission. Elle apparaissait comme la seule à même de faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne (UE).

La France a fait savoir qu'elle se tenait prête à travailler avec celui ou celle qui succédera à Theresa May. Le processus de sortie est officiellement enclenché, et doit aboutir le 29 mars 2019.

Lorsqu'elle prend en juillet 2016 la tête du gouvernement, Theresa May n'est pas une inconnue aux yeux des Britanniques. La menace d'une motion de défiance se fait de plus en plus concrète.

Le projet de loi, que Theresa May comptait faire voter la semaine du 3 juin, ne figurait pas au programme législatif annoncé jeudi par le gouvernement aux députés. Il a fallu des mois de négociations laborieuses pour parvenir à un accord avec Bruxelles en novembre 2018. Parmi les autres changements apportés figurent l'obligation légale de trouver des alternatives au "filet de sécurité" irlandais d'ici décembre 2020, l'interdiction de modifier les protections environnementales dont bénéficie le Royaume-Uni en tant que membre de l'Union européenne et une nouvelle législation pour protéger les droits des travailleurs. Il contient également une Déclaration politique qui dessine les contours de la relation post-Brexit.

Une porte-parole de la Commission a ensuite indiqué que la position de l'UE sur l'accord restait "inchangée".

Dans la foulée, les Travaillistes déposent une motion de censure. Pour obtenir un bon accord, il faut se préparer à une absence d'accord.

Depuis janvier, le Parlement a rejeté à trois reprises l'accord de retrait que Mme May a négocié avec l'UE.

La chancelière allemande Angela Merkel a promis d'oeuvrer à un " Brexit ordonné " après la démission de Theresa May.

En Grande-Bretagne, le feuilleton du Brexit va bientôt connaître un nouvel épisode, probablement le dernier pour Theresa May (photo). L'ancien ministre des Affaires étrangères, artisan de la victoire du Leave lors du référendum de 2016, s'est dit persuadé que le "nouveau Premier ministre aura l'opportunité de faire les choses différemment".

Édition: