Découvrez les risques de cette application russe (vidéo) — FaceApp

Selon Schumer, l'emplacement de l'application de retouche photo en Russie soulève des questions sur la manière dont FaceApp permet aux tiers, y compris les gouvernements étrangers, d'avoir accès aux données des citoyens américains.

FaceApp, ce n'est pas une nouvelle application mais elle a connu un regain de téléchargement record au mois de Juillet 2019. Des données dont la société dispose librement.

Depuis plusieurs jours, l'application FaceApp est omniprésente.

Le noeud du problème résiderait dans la confidentialité de l'application.

Mais au-delà de la déontologie, les craintes surgissent lorsque l'on se penche sur le fonctionnement de FaceApp.

Au-delà de l'utilisation des données personnelles, ce qui semble le plus contrarier les Américains, c'est donc que celles-ci puissent tomber entre les mains d'une société russe. L'avantage est non négligeable: l'utilisateur peut voir comment il sera dans le futur sans botox ni lifting, ou encore, se projeter à un âge qu'il risque de ne pas atteindre à cause des incinérateurs, routes qui s'effondrent ou autres agents polluants.

Les photos des utilisateurs peuvent être modifiées pour donner à un utilisateur une apparence plus âgée ou plus jeune ou pour changer de sexe, a-t-il déclaré. L'application, très réaliste, fait un véritable carton... mais le succès de l'entreprise basée en Russie fait réagir les autorités américaines. Le principe de FaceApp repose sur des algorithmes capables d'étudier les composants d'une photo pour pouvoir la modifier.

Contacté par Matthew Panzarino, passé aussi par The Next Web, le développeur de l'application se donc rassurant. Vous devez donc accepter de télécharger une image avant de bénéficier de votre image filtrée.

Ils sont nombreux, des célébrités, mais aussi des anonymes, à se prêter au jeu de montrer à quoi ils pourraient ressembler en ayant quarante, cinquante ou soixante ans de plus. C'est désormais possible grâce à FaceApp!

S'il est difficile de savoir quel sort le propriétaire de l'application réserve à nos photos, on peut tout de même essayer. FaceApp souligne également que 99% des utilisateurs choisissent de ne pas se connecter, donc ils n'ont pas beaucoup d'informations d'identification. Les stades de sport utilisent la reconnaissance faciale pour en apprendre davantage sur les fans qui assistent à des événements.

Sur Twitter, une certaine Rebecca Robson explique ainsi "Ai-je raison de penser que non seulement cette appli m'a déprimée à propos de ma jeunesse perdue et de mon futur visage émacié mais en plus qu'elle a le droit de faire ce qu'elle veut de mes photos??" Si vous souhaitez que l'application supprime vos données, vous pouvez le faire, mais le processus est lourd et implique l'envoi d'un courrier électronique à l'entreprise.

Vous avez la possibilité d'accorder l'accès à l'ensemble de votre bibliothèque de photos, mais même dans ce cas, rien ne prouve que l'application télécharge autre chose que la photo sélectionnée. De nombreuses personnalités ont également testé l'application.

Édition: