La réforme sensible du président Macron — Retraites en France

À quoi les futurs retraités doivent-ils s'attendre dans les années à venir? Edouard Philippe pourrait s'exprimer la semaine prochaine et détailler le calendrier de ce chantier qui a déjà plus d'un an de retard: le projet de loi n'est pas attendu avant la fin de l'année et son passage au Parlement pas avant le printemps 2020. C'est bien un système par points qui est proposé, en remplacement des 42 régimes existants dans un régime universel et fonctionnant sur la base de l'euro cotisé. 100 % des actifs seront couverts.

L'âge légal de départ restera fixé, de son côté, à 62 ans, mais avec un abattement de 10 % sur sa retraite complémentaire.

Le Premier ministre a remercié le Haut-commissaire pour la richesse et la densité de ce travail issu d'une longue phase de concertations avec les organisations syndicales et patronales, mais également d'ateliers citoyens et de consultations publiques. Pour compenser ce décalage, Emmanuel Macron a promis de revaloriser les salaires des enseignants.

Jean-Paul Delevoye, le 11 mai 2017 à Paris. Le fait de basculer dans un régime par points ne conduit en rien à de telles évolutions de manière automatique: tout dépend des règles de calcul de ces points.

Il s'agit d'un système dans lequel chaque jour travaillé permettra d'acquérir des points.

Ces inégalités sont même "amplifiées" par le système actuel de retraites, assure M. Delevoye, qui entend les corriger via diverses mesures. Il sera assorti d'un système de décote et de surcote. Dix-huit mois au cours desquels Jean-Paul Delevoye s'est entretenu avec les syndicats et le patronat afin de trouver des solutions pour un sujet particulièrement sensible.

"Ce rapport est un point d'étape, il y a encore des dizaines et des dizaines de questions à se poser (.) la CFDT se prononcera sur ce projet de loi lorsqu'il y aura un projet de loi (.) nous jugerons sur pièces à l'issue du processus". 12,9% pour les revenus situés entre 40 000 et 120 000 euros.

Il est proposé une majoration des points de 5% par enfant dès le 1er enfant. En revanche, si la majoration actuelle est accordée aux deux parents, le nouveau système stipule un partage de cette majoration des points acquis.

Et pour les périodes de chômage, d'arrêt maladie ou de congé maternité?

Cela équivaudra à des réductions importantes des paiements de pension, d'autant plus que les "points" cumulés par les travailleurs n'ont pas de valeur fixe et peuvent être réduits à tout moment par le gouvernement. Une cotisation "déplafonnée " de 2,81 % sera due sur la totalité des revenus pour participer au financement du système de retraite.

Ceux qui partiraient avant l'âge d'équilibre verraient leurs retraites amputées, tout comme les travailleurs qui partent actuellemet avant l'âge de la retraite.

Le minimum vieillesse s'élèvera à 85 % du Smic net, contre 81 % pour les salariés dans le système actuel et 75 % pour les agriculteurs.

Autre entorse à ce principe, les indépendants, qui cotisent moins que les salariés, bénéficieront d'un "régime adapté" pour leur éviter un alignement brutal. Il devra "tenir compte de l'évolution de l'espérance de vie au fil des générations".

Enfin, une caisse nationale de retraite universelle doit être créée.

Édition: