Vexé, Trump annule sa visite au Danemark — Groenland

En 1979, l'île accède au statut de "territoire autonome" dont l'économie dépend toujours fortement des subsides versés par Copenhague.

" Nous sommes ouverts aux affaires, mais nous ne sommes pas à vendre ", a déclaré la ministre des Affaires étrangères du Groenland, Ane Lone Bagger, contactée par l'agence Reuters.

Ce post des jeunes nationalistes fait évidemment référence à l'intérêt porté par le milliardaire pour le Groenland, qu'il a assuré vouloir acheter de sa poche.

La nouvelle a engendré un hashtag humoristique # AnnexeGreenland...

L'annonce de Donald Trump a provoqué de la "surprise et de la contrariété, mais pas de crise entre les deux pays".

Une décision que l'impétueux chef d'Etat a justifié le lendemain en déplorant les termes employés par Mette Frederiksen pour décliner sa proposition: "La déclaration du Premier [ministre] selon laquelle c'était une idée absurde [d'acheter le Groenland] était méchante".

" C'est une discussion absurde et Kim Kielsen (président du Groenland) a clarifié que l'île n'était pas à vendre".

Mardi 20 août, Mette Frederiksen n'avait pas caché son agacement face à l'obstination de l'ex-magnat de l'immobilier, en réaction à un montage photo partagé par Trump où l'on voit une immense tour à son nom inscrutée au Groenland.

L'ensemble de la classe politique s'est pour sa part dite stupéfaite. Un mémo rédigé par le diplomate John Hickerson assénait même que le Groenland "ne présente strictement aucune valeur pour le Danemark, mais s'avère indispensable à la sécurité des États-Unis". L'Arctique, et par conséquent le Groenland, devient de plus en plus important, également sur le plan stratégique.

Plus généralement, l'intérêt américain pour l'île peut être lu comme une réponse aux investissements russes dans l'Arctique.

"L'amitié (entre les deux pays) est intacte". S'il envisage vraiment cela, c'est la preuve finale qu'il est devenu fou. Le royaume scandinave avait en effet consenti en 1916 à la vente, pour 25 millions de dollars, des Indes occidentales danoises, dans les Antilles, devenues Iles vierges des États-Unis.

Trump a toutefois précisé qu'il ne s'agissait pour l'instant pas d'une priorité pour les États-Unis.

Ce nouvel affront survient moins d'un mois avant la visite du président américain au Danemark, courant septembre.

Édition: