Le parti de Benny Gantz rejette l’offre de Benyamin Nétanyahou — Israël

Mais même lors de la deuxième tentative, il n'ya pas de Gagnant clair.

Sur les ondes de radios locales, M. Netanyahu a vanté son bilan économique -le chômage est actuellement à un plancher historique de 3,7%- et appelé ses électeurs à voter en masse pour empêcher "la gauche et les Arabes" de prendre le pouvoir. Son Challenger, l'Ex-chef de l'Armée Benny Gantz (60) et Ex-ministre des Finances Yair Lapid (55), avec son Milieu, l'Alliance Bleu-Blanc 34 Mandats. Les deux partis ont eu moins de succès qu'en avril, moment où ils avaient chacun remporté 35 sièges. Quant aux kibboutz, le parti travailliste y a reculé, soit au profit de Bleu-Blanc, soit au profit de l'UD, confirmant ainsi un ancrage laïc, à gauche et au centre. Cependant, Netanyahu lors de la Campagne électorale souligne qu'il aspire d'une droite religieuse Coalition. Depuis 1948, Israël a toujours été gouverné par une coalition de partis, parfois au nombre d'une demi-douzaine...

Il s'agit de la première fois depuis 1992 que des partis majoritairement arabes soutiennent un candidat au poste de Premier ministre en Israël. Le parti kahaniste d'extrême-droite religieuse Force juive (qui a échoué à entrer au Parlement) a également recueilli de très bons scores (37 % par exemple à Hébron). M. Netanyahu espérait réussir à faire bouger les lignes pour s'imposer à la tête d'un nouveau gouvernement de droite. Un gouvernement de paralysie nationale ne servirait à rien.

Le président Reuven Rivlin, le Premier ministre Benjamin Netanyahou et le dirigeant Bleu Blanc Benny Gantz, se serrent la main lors de la cérémonie commémorative du défunt président Shimon Peres au cimetière du Mount Herzl à Jérusalem le 19 septembre 2019.

Netanyahu restera Premier ministre par intérim pendant encore plusieurs semaines jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement.

Mais cette campagne n'a finalement pas atteint son objectif, puisque les partis arabes ont bénéficié d'une plus forte participation. "Nous avons entamé les négociations et je parlerai avec tout le monde", avait-il déclaré. "Nous allons apporter de l'Espoir, tous ensemble, sans Corruption et sans Extrémisme". Mais le portrait quasi définitif dévoilé vendredi par la commission électorale, qui doit encore décompter les votes de 14 bureaux où des irrégularités ont été signalées, est conforme aux prévisions: 33 sièges pour le parti de Benny Gantz et 31 pour celui de Benjamin Netanyahu, sur les 120 du Parlement. Je pense que Gantz tentera de former un gouvernement d'union. Le pays n'a pas " besoin d'autres élections et certainement pas d'un gouvernement qui s'appuie sur des partis antisionistes ", dit-il en référence à une possible alliance de Bleu-blanc avec les formations arabes. Les partis arabes étaient accusés de nier " l'existence même d'Israël comme Etat juif et démocratique.

Preuve de l'importance de ces discussions de coulisses, M. Netanyahu a annulé mercredi son déplacement prévu dans les prochains jours à l'Assemblée générale de l'ONU en raison du "contexte politique" local, selon des sources officielles.

Édition: