Mort de Jacques Chirac: Hubert Falco salue un "homme de grande culture"

Jacques Chirac quitte ensuite l'exécutif pour accéder à la maire de Paris en 1977, avant de revenir en tant que premier ministre lors de la première cohabitation de la Ve République avec François Mitterrand en 1986 et d'accéder à la fonction suprême en 1995. Le chef de l'État a renoncé à se rendre à Rodez, où il devait lancer le débat national sur les retraites dans la soirée.

En 1994, Jacques Chirac annonce à nouveau qu'il se présente à l'élection présidentielle, contre Lionel Jospin. Ses colères les plus noires, il les traduisait d'un: "Ce n'est pas convenable", qui tombait, tranchant.L'homme, a-t-on longtemps cru, n'aimait que la musique militaire et ne lisait que des romans policiers.

Par ailleurs, les drapeaux ont été mis en berne sur la façade de l'Hôtel-de-ville.

Une annonce qui a immédiatement entraîné une vive émotion à travers tout le pays. Nombreuses sont les personnalités politiques qui lui rendent hommage.

Élu président de la République par un peu moins de 53% des Français·es en mai 1995, réélu en 2002 par 82% des voix lors d'un second tour alors inédit face à Jean-Marie Le Pen, Jacques Chirac avait subi un accident vasculaire en 2005, deux ans avant son départ de l'Élysée, et avait été hospitalisé depuis à plusieurs reprises. "Il a été pour la société française, comme président de la République, un repère". Je retiens qu'il est celui qui aura toujours refusé que la droite consente des arrangements avec l'extreme-droite. "Il attachait une grande importance à ne rien faire d'irréversible entre les Français", a ajouté M. Bayrou à l'AFP.

C'est par le biais du compte Twitter de son porte-parole que la chancelière allemande Angela Merkel commente le décès de Jacques Chirac. Sa campagne, sur le thème de "La France pour tous" le mènera à la victoire, avec 52,64% des suffrages. La Cour grand-ducale a salué Jacques Chirac dans un courrier adressé à son épouse. L'ancien président disait sa "surprise" de lire, à l'automne 1975 dans un hebdomadaire, qu'en recevant ses invités au fort de Bregançon, il "siégeait sur un trône". "Et pour cette part-là, nous lui sommes reconnaissants", a déclaré le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon.

Heiko Maas, le ministre allemand des Affaires étrangères, a loué en particulier "son "Non" à la guerre en Irak", et la volonté de l'ancien président français d'assumer la responsabilité du "Régime de Vichy et des collaborateurs français dans les crimes nazis". L'ex-chef de l'État était l'un des grands fauves de la droite française. Il s'est éteint "paisiblement", comme l'a affirmé son gendre, Frédéric Salat-Baroux.

Édition: