Barnier et Juncker obtiennent un accord pour la gloire — Brexit

Ce document, lui aussi remodelé, va servir de base aux futurs accords qui seront négociés entre l'UE et le Royaume-Uni pour définir un nouveau cadre de relations, notamment commerciales. Par contre, les règles de l'UE resteront d'application en ce qui concerne les produits qui transitent par l'Irlande du Nord et qui sont destinés au marché intérieur européen (donc vers l'Irlande et vers le continent). Et c'est du côté de Westminster que tout se joue, puisque jusqu'à présent, les députés britanniques se sont toujours opposés aux propositions de leur propre gouvernement. De manière cruciale, le parti nord-irlandais, qui appuie le gouvernement minoritaire de M. Johnson, a déclaré qu'il ne soutiendrait pas l'accord, laissant le premier ministre incertain de l'obtention des voix dont il a besoin pour le ratifier.

De nombreux députés de l'opposition veulent s'opposer à l'accord, puis retarder le Brexit pendant que de nouvelles conditions sont négociées.

Boris Johnson ne parvient pas à convaincre suffisamment de députés.

- 24 juillet: le conservateur Boris Johnson, partisan d'un Brexit au 31 octobre avec ou sans accord, remplace Theresa May, démissionnaire.

Le Parlement rejette l'accord, les 27 refusent un nouveau report du Brexit, le Royaume-Uni sort de l'UE le 31 octobre sans accord.

Les négociations se poursuivaient en début de soirée mercredi entre Bruxelles et Londres pour tenter d'arracher un accord sur le Brexit, avec de "bons progrès" même si l'UE restait suspendue à un feu vert britannique, à quelques heures d'un sommet européen. Le journal rappelle q'"un arrangement similaire avait été rejeté par Theresa May", l'ancienne chef du gouvernement jugeantqu'"aucun Premier ministre britannique ne [pouvait] accepter" un tel accord. "Je veux croire qu'un accord est en train d'être finalisé", a-t-il déclaré depuis Toulouse (sud-ouest de la France) où il retrouvait la chancelière allemande Angela Merkel.

Malgré la satisfaction d'avoir arraché un accord dans la dernière ligne droite, personne ne s'est laissé aller à l'euphorie, bien conscient d'un obstacle de taille sur le chemin d'un Brexit ordonné: le vote du Parlement britannique. "Et les 10 parlementaires du DUP, le parti nationaliste nord-irlandais a également dit non", s'inquiète Jean Bizet.

Les députés britanniques se réuniront samedi - leur réunion un samedi est une première depuis la guerre des Malouines en 1982 - pour une séance exceptionnelle.

Les négociateurs européens et britanniques ont travaillé jusqu'à la dernière minute avec l'espoir de présenter un accord sur le Brexit au sommet qui s'ouvre jeudi, au risque de faire passer au second plan le sujet brûlant de l'offensive turque en Syrie.

Le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier doit donner une conférence de presse avant le sommet, avant de s'entretenir avec les États membres. Le PPE aimerait que le président Emmanuel Macron le désigne comme candidat pour devenir commissaire européen, après l'échec de Sylvie Goulard. Il doit durer deux ans et aboutir le 29 mars 2019.

Le nouvel accord modifie également la déclaration politique qui accompagne le traité de divorce et qui balise la négociation sur la relation entre l'Union et le Royaume-Uni après la période de transition.

S'ils échouent, Boris Johnson sera contraint par une loi votée le mois dernier au Parlement britannique de demander à Bruxelles un report, alors qu'il s'était engagé à une sortie britannique de l'UE "coûte que coûte" le 31 octobre.

Édition: