Justin Trudeau en bonne voie pour un second mandat — Canada

" Si M. Trudeau voulait parler de la souveraineté, pourquoi ne l'a-t-il pas fait avant?" Un des meilleurs alliés de Trudeau a perdu son siège et les libéraux ont été éliminés dans deux provinces de l'Ouest, mettant davantage de pression sur l'unité nationale.

La chef souverainiste n'a pas voulu évaluer l'impact de l'élection de 32 députés bloquistes à Ottawa, contrairement au chef péquiste par intérim, Pascal Bérubé, qui se réjouissait de la soudaine renaissance du Bloc.

Même s'il s'est félicité dans la nuit devant ses partisans du fait que les Canadiens avaient "rejeté la division", Justin Trudeau va donc devoir composer avec un gouvernement minoritaire et lancer des consultations.

"Lorsque Pierre Elliott Trudeau s'est retrouvé à la tête d'un gouvernement minoritaire en 1972, le chef du NPD David Lewis a offert sa pleine collaboration au Parti libéral".

"Après 2015, Trudeau semblait impossible à arrêter". Sa première évaluation se jouera lors du discours du Trône, où son programme législatif sera soumis au vote du Parlement.

Les 27,4 millions d'électeurs canadiens étaient appelés aux urnes ce lundi 21 octobre, afin d'élire leurs députés et désigner, par voie de conséquence, leur Premier ministre. Ils ont eu raison: les libéraux ont récolté 33,3 % du vote populaire contre 34,3 % pour les conservateurs.

Selon les principales chaînes francophones et anglophones, les libéraux n'obtiendront pas de majorité absolue au Parlement d'Ottawa, comme ils l'avaient fait en 2015.

Deux élections après la fameuse vague orange, le Nouveau Parti démocratique s'est effondré.

Le libéral Justin Trudeau a tapé sur le même clou, laissant entendre que M. Blanchet ferait passer son combat pour la souveraineté avant la lutte contre les changements climatiques.

Par ailleurs, hier, tant le Bloc québécois que le NPD ont promis de participer à ce nouveau gouvernement de manière positive. Le 'Bloc québécois', formation indépendantiste, a gagné des sièges au détriment du parti libéral de Justin Trudeau. En fait, il porte toujours un masque.

En 1979, par exemple, le premier ministre Joe Clark a nommé le sénateur Jacques Flynn, du Québec, comme ministre de la Justice en raison de son manque de représentation dans cette province. Il a mis le masque du défenseur des classes moyennes mais en parallèle il a augmenté leurs taxes.

M. Trudeau remporte donc son pari d'un second mandat, malgré les nombreux scandales qui ont marqué ses quatre années au pouvoir et les attaques souvent virulentes de l'opposition sur son bilan. On parle ici d'un nationalisme soucieux que l'identité québécoise (ses valeurs: l'égalité homme-femme, la laïcité de l'État, une certaine social-démocratie, un penchant environnementaliste et pacifiste, la protection de la langue française) soit reconnue et respectée. Si les troupes du Premier ministre sortant crient victoire, la position de celui-ci est très fragile.

Les coalitions ne faisant pas partie de la culture politique canadienne, il peut négocier le soutien ponctuel d'une ou de plusieurs formations pour pouvoir gouverner et éviter d'être renversé par une motion de censure.

Édition: