"Notre agenda africain a un caractère positif, orienté vers l'avenir" — Vladimir Poutine

L'événement a accueilli une quarantaine de chefs d'Etat africains dont ceux de l'Afrique du Sud, du Nigeria, de la Somalie, et du Niger.

En organisant un premier sommet avec les pays africains, lequel devra être sanctionné par l'adoption d'une Déclaration finale, la Russie entend renforcer ses relations politiques et économiques avec les pays africains et établir des partenariats mutuellement bénéfiques. Malgré son retard, au regard de l'influence dont bénéficient l'Occident et la Chine en Afrique, la Russie compte tout de même se frayer une place.

"Finalement, ce sommet codirigé par l'Egyptien Al-Sissi, président de l'UA et Poutine se veut une nouvelle piste pour les Africains de conjurer enfin cette +fatalité+ du refus du développement", écrit le journal. Plusieurs présidents africains sont déjà en terre russe.

La rencontre de Sotchi mettra en effet un accent sur les perspectives de développement économique entre la Fédération de Russie et le continent africain.

Le chef de l'Etat djiboutien, Ismail Omar Guelleh, prendra part au 1er sommet Russie-Afrique qui se tiendra à Sotchi, en Russie, du 23 au 24 octobre prochain, a annoncé lundi l'Agence Djiboutienne d'Information (ADI).

Le Forum économique Russie-Afrique donne l'occasion aux chefs d'entreprises russes - une dizaine d'entre eux ont présenté ce matin les différents domaines dans lesquels interviennent en Afrique - de magnifier divers aspects des échanges avec le continent. Ils ajoutent que la Russie arrive tard sur le terrain économico-commercial africain par rapport à la Chine, parce que, qu'il s'agisse d'infrastructures ou de ressources naturelles, Pékin a marqué de son empreinte ce continent, se posant en concurrent numéro un des puissances occidentales. Décideurs politiques, hommes d'affaires, lobbyistes vont débattre des sujets sur les infrastructures de transport sur le continent africain.

Au-delà des armes, peu d'entreprises russes étaient visibles.

Aujourd'hui, le pays est désireux de diversifier sa coopération. Des pays où la Russie est quasi absente seront aussi représentés, à l'instar de la Côte d'Ivoire avec son président Alassane Ouattara, qui aura en tête l'éventuelle conclusion d'un accord de coopération militaire.

Édition: