Carlos Ghosn n'a pas suivi son assignation à résidence

Avec quels documents ou encore y a-t'il eu des complicités?

L'ancien magnat de l'automobile récuse les charges portées contre lui et se dit victime d'un complot monté par les dirigeants du constructeur automobile japonais Nissan pour l'écarter.

Soit Carlos Ghosn est coupable de malversations financières et de fraude fiscale comme le disent les procureurs japonais.

Le ministère français des Affaires étrangères a assuré avoir appris "par la presse" l'arrivée de Carlos Ghosn au Liban et n'avoir "aucune connaissance" des circonstances de sa fuite. Une déclaration qui jette le trouble, les avocats de Carlos Ghosn étant supposés être en possession de ces trois passeports (français, libanais et brésilien). Comment cet homme, devenu encore plus célèbre depuis son arrestation surprise le 19 novembre 2018 à Tokyo - dont le visage est par conséquent facilement reconnaissable dans le monde entier - a-t-il pu fausser compagnie à la police et à la justice japonaise si facilement?

Au Japon, c'est un sentiment de sidération qui domine jusque dans les rangs de l'équipe d'avocats qui le défendait et cette fuite pourrait avoir des répercussions sur le système judiciaire, estiment plusieurs spécialistes. Une somme qui aurait pu servir à "assurer l'organisation et les frais de déplacements et de rotation au départ de petits aéroports locaux".

Pas d'accord d'extradition, pas de risque!

Son départ a vu son successeur, Thierry Bolloré, être remplacé au poste de directeur général, et les décisions prises par la suite pourraient avoir un effet, néfaste ou non, sur le programme de la marque en Formule 1.

Selon le journal libanais al-Joumhouriya, qui a dévoilé l'information, l'homme d'affaires est arrivé à Beyrouth dans un avion en provenance de Turquie.

Deux voitures des forces de sécurité libanaises se trouvaient en matinée près de la maison du quartier d'Achrafiyeh dans laquelle M. Ghosn réside habituellement quand il visite le Liban, selon un photographe de l'AFP qui a fait état de nombreux médias locaux et internationaux sur les lieux. Cette annonce confirme des informations fournies lundi par des sources proche du dossier. Selon Les Echos, il aurait fait usage d'un faux passeport pour quitter le Japon. Son procès doit avoir lieu dans le courant de cette année. Carlos Ghosn est révoqué de la présidence du conseil d'administration de Nissan deux jours plus tard. Il en veut pour preuve, la rencontre entre Carlos Ghosn et le président libanais dès son arrivée à Beyrouth.

Édition: