Les USA hués aux obsèques du général — Iran

Rassemblement en hommage au général iranien Qasem Soleimani, le 3 janvier 2020 à Teheran.

Il a par ailleurs admis que les forces américaines en Irak ou en Syrie pourraient subir les représailles de l'Iran.

Les bases d'Aïn al-Assad et d'Erbil en Irak, utilisées par l'armée américaine, ont été touchés, confirme le Pentagone dans un communiqué.

" La République Islamique d'Iran refuse catégoriquement tous les arguments non fondés des autorités américaines pour justifier cette terreur criminelle et condamne avec vigueur ce crime atroce".

Ces raids, revendiqués par Téhéran, marquent un tournant faisant redouter une déflagration généralisée sur le sol irakien, une escalade régionale, voire une guerre ouverte entre Washington et Téhéran. Face au risque d'embrasement en réaction à cet acte qui suscite un fort sentiment anti-américain en Irak, la coalition antidjihadistes emmenée par les Etats-Unis a réduit ses opérations et renforcé la sécurité de ses bases dans le pays, a indiqué vendredi un responsable américain.

L'assassinat ciblé de Soleimani va "enclencher une guerre dévastatrice en Irak", a prédit le Premier ministre démissionnaire irakien Adel Abdel Mahdi.

"C'est une escalade majeure", a indiqué à l'AFP Phillip Smyth, spécialiste des groupes chiites armés. Nous sommes les plus grands et de loin les meilleurs au monde!

"Nous avons pris des mesures hier soir pour arrêter une guerre".

"Qassem Soleimani est mort et ses massacres sanglants appartiennent désormais au passé", a-t-il dit, cité par CNN. "Mort à l'Amérique ", a scandé la foule dans le quartier chiite de Kazimiya, massée autour des cercueils du général iranien, de son lieutenant irakien et des huit autres victimes de l'attaque.

Le président américain, jusqu'à ce tweet, s'était contenté de poster sur son compte une photo de la bannière étoilée et de retweeter une série de messages concernant la mort de Soleimani. Le convoi de véhicules quittait alors le terminal des arrivées de l'aéroport de Bagdad.

" En cas d'attaque iranienne contre leurs intérêts, les forces américaines utiliseront leur bel équipement tout neuf, et cela sans hésitation", a insisté le président.

Il commandait la force Qods, unité d'élite des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique iranienne. Le pays du Moyen-Orient a d'ores et déjà fait savoir qu'il riposterait "au bon endroit et au bon moment". L'ayatollah Ali Khamenei a donc décrété un deuil national de trois jours et a promis de le venger.

Le président américain Donald Trump a lui défendu une nouvelle fois défendu l'attaque perpétrée contre le général Soleimani, expliquant que les États-unis avaient sauvé beaucoup de vie en tuant Qassem Soleimani. Aucun blessé n'est à déplorer. La dépouille de Qassem Soleimani devait être acheminée dans la soirée en Iran.

Depuis que les Etats-Unis ont tué Soleimani, ils ont créé un consensus rare dans un Irak déchiré depuis plus de trois mois par une révolte populaire dénonçant notamment la mainmise de l'Iran.

Le contenu des notifications communiquées selon " La loi sur les pouvoirs de guerre " n'est pas annoncé. "On leur permet de tuer les nôtres".

Édition: