Quel démocrate pour affronter Trump — Élections américaines

L'Express: Les résultats sont encore partiels, mais peut-on considérer que Pete Buttigieg est le grand vainqueur du caucus en Iowa? .

Qu'ils soient âgés, comme Bernie Sanders (78 ans) et Joe Biden (77 ans), ou nouveaux venus, comme Pete Buttigieg, 38 ans, chacun veut être ce candidat. Là, assure-t-il, il a développé une connexion avec les Américains bien plus authentique que celle des élites de la capitale fédérale.

Ainsi, la grande enquête menée auprès de 10 491 électeurs entre le 6 et le 19 janvier, y compris 5861 électeurs démocrates et indépendants pro-démocrates, indique que moins de la moitié (44%) de ces partisans démocrates s'attendent à ce que leur candidat favori l'emporte lors de l'élection présidentielle de novembre, tandis que 34% n'ont pas voulu répondre, et que 22% jugent en fait qu'une victoire du président Trump est probable.

Les résultats du premier vote des primaires démocrates, qui a eu lieu lundi dans l'Iowa, seront publiés pour moitié à 22h GMT mardi (23h en Suisse), a annoncé le parti démocrate aux équipes des candidats, selon plusieurs médias américains.

Excellent orateur, il s'est démarqué par son ton calme et confiant, son apparente connaissance des dossiers, même les plus sensibles comme la géopolitique, mettant en avant son expérience d'engagé militaire.

Juste avant l'Iowa, les sondages nationaux le donnaient quatrième, derrière Joe Biden, Bernie Sanders et Elizabeth Warren, mais devant Pete Buttigieg.

Une victoire pour Pete Buttigieg et une déception pour Joe Biden.

" Ce qu'il s'est passé avec le parti démocrate de l'Iowa est un scandale, qu'ils aient été aussi mal préparés", a dénoncé le sénateur socialiste Bernie Sanders, en proclamant être le vainqueur incontestable, lors d'une conférence de presse à Manchester, dans le New Hampshire. On vous explique ça dans l'ordre.

Le point fort de M. Buttigieg est son éligibilité. Alors que les républicains votent avec des bulletins secrets, qui seront par la suite envoyés et dépouillés au siège du parti de l'État, les démocrates ont un système plutôt étonnant. N'hésitant pas à jouer sur son nom - d'origine maltaise, nationalité de son père -, que les Américains ont beaucoup de mal à prononcer, il se fait appeler "Mayor Pete" ["Maire Pete", ndlr]. Mardi soir, à l'annonce des résultats partiels de l'Iowa le plaçant en tête, il a en revanche eu de la peine à contenir ses émotions dans le New Hampshire, prochaine étape sur la route de la Maison-Blanche.

Tous les quatre ans, des critiques se lèvent aussi contre l'importance disproportionnée accordée à l'Iowa et ses quelques centaines de milliers d'électeurs, non représentatifs du pays, mais l'Etat a maintenu contre vents et marées sa place de premier. Douze ans plus tard, l'Iowa a de nouveau décidé de lancer un candidat avec un "drôle de nom". Soutenu par un électorat démocrate très jeune, Sanders milite pour un accès gratuit à l'université, pour l'annulation de la dette étudiante, et pour un système de santé publique. Les estimations de son camp le plaçaient en tête avec 28,6%, devant Pete Buttigieg (25,7%) et la sénatrice Elizabeth Warren (18,4%), elle aussi à la gauche du parti.

Chasten Glezman, 30 ans, deviendrait le premier "first gentleman" si son mari était élu président.

Donald Trump en a terminé avec l'épouvantail de la destitution qui menaçait de gâcher sa campagne de réélection.

Édition: