Erdogan fait chanter l'Europe pour obtenir gain de cause en Syrie — Migrants

Mais la crise à Idlib avec la Syrie et la Russie, avaient poussé des milliers d'autres réfugiés vers les frontières turques, et devant ce que le président Erdogan avait taxé d'attentisme de l'Europe, la Turquie avait décidé de briser son accord de 2016 avec l'UE et d'ouvrir ses frontières européennes.

Lundi, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a condamné Erdoğan pour avoir ignoré de manière flagrante les termes d'un accord en vertu duquel la Turquie reçoit de l'argent européen pour héberger des millions de réfugiés. Les autorités grecques ont déclaré que dans les 24 heures entre mercredi matin et jeudi matin, elles avaient bloqué 6 955 tentatives de franchissement de la frontière terrestre gréco-turque et arrêté 24 personnes, principalement d'Afghanistan et du Pakistan. En début de semaine, on estimait qu'environ 15.000 personnes étaient massées dans le secteur. Selon les autorités grecques, 1.300 demandeurs d'asile ont réussi à gagner les îles égéennes entre dimanche et lundi. L'Autriche, elle, a écarté l'idée d'accueillir de nouveaux réfugiés.

Un navire grec est arrivé sur le port de Mytilène à Lesbos mercredi pour héberger des centaines de migrants arrivés ces derniers jours sur l'île grecque, après la décision de la Turquie d'ouvrir ses frontières vers l'Europe, ont constaté des journalistes de l'AFP.

A la fin de la vidéo, des coups de feu semblent être tirés par les garde-côtes en direction de la petite embarcation. Même tonalité de la part du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui a jugé, mardi, " absolument inacceptable " le " chantage " de la Turquie.

La chancelière allemande Angela Merkel, par la voix d'une porte-parole, a demandé aux deux dirigeants d'établir une zone de sécurité dans la région pour assurer l'approvisionnement des populations déplacées.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen est attendue, avec les présidents du Conseil et du Parlement européens, Charles Michel et David Sassoli, à Alexandroupolis, chef-lieu du département frontalier d'Evros, avant une déclaration commune prévue à 15H30 locales (13H30 GMT), au poste frontalier de Kastanies, selon les services de Kyriakos Mitsotakis. L'Europe forteresse dessine ainsi dans la Méditerranée ses frontières, mesurables par le nombre de vies perdues dans la traversée douloureuse de réfugiés à la recherche d'un avenir meilleur.

Les ministres de l'Intérieur de l'Union européenne se sont réunis ce mercredi 4 mars à Bruxelles pour débattre en urgence de la question migratoire à la frontière turque. L'agence européenne de surveillance des frontières, Frontex, devrait ainsi " déployer une force rapide " à la frontière, a promis Ursula von der Leyen. Tout en restant ferme, l'Europe cherche à trouver une solution avec la Turquie, en particulier la poursuite du pacte migratoire conclu avec Ankara en mars 2016.

Édition: