Coronavirus: Trump suspend "temporairement" l'immigration aux Etats-Unis

Alors que la moitié de l'humanité est appelée à rester chez elle pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, le président américain Donald Trump a appelé à la rébellion contre les règles de confinement.

"Alors que notre pays lutte contre la pandémie, alors que les travailleurs mettent leur vie en jeu, le président s'en prend aux immigrants et blâme les autres pour ses propres échecs", a réagi sur Twitter l'ancienne candidate à l'investiture démocrate pour la présidentielle Amy Klobuchar.

" Par conséquent, mon administration émet de nouvelles lignes directrices fédérales qui permettront aux gouverneurs d'adopter une approche progressive et délibérée pour rouvrir leurs Etats", a déclaré le président. Quelque 22 millions d'Américains ont également perdu leur travail en raison des conséquences économiques de l'épidémie. L'Europe compte désormais un million de cas pour plus de 100.000 morts, ce qui en fait le continent qui paye le plus lourd tribut de la pandémie.

Dans cet état du Sud des États-Unis, un peu plus de 25.000 cas confirmés positifs au coronavirus ont été dénombrés officiellement.

Mais certains pays, encouragés par des indices de bon augure, dont le ralentissement des admissions en soins intensifs, ont commencé à présenter leurs plans de déconfinement. Les grands rassemblements resteront interdits au moins jusqu'au 31 août car le "succès d'étape" de l'Allemagne contre le Covid-19 reste "fragile", a mis en garde la chancelière Angela Merkel.

Tous les secteurs de l'économie américaine, florissante en début d'année, ont souffert dès le mois de mars, tombant souvent à des niveaux pires que ceux de le Grande récession de 2009. "Donald Trump a réagi comme à l'accoutumée par cette poussée d'égo, teintée d'autoritarisme " Je suis sûr que les gens seront très contents de recevoir un " big fat beautiful check " avec mon nom qui sera dessus".

Au cours d'une conférence de presse virtuelle à Genève, le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a annoncé que l'agence spécialisée de l'ONU, engagée dans de multiples situations de crises sanitaires et de conflit dans le monde, était "en train d'examiner l'impact" de la décision américaine.

Les pays du G7 participent à plus d'un milliard de dollars au niveau des activités de l'OMS, ont reconnu les dirigeants ce jeudi. Des chercheurs de l'Institut Pasteur, en collaboration avec Santé Publique France et l'Inserm ont fait une analyse détaillée des hospitalisations et des décès dus au COVID-19 en France.

Fox News a rapporté mercredi que le virus provenait d'un laboratoire de Wuhan non pas comme une arme biologique, mais dans le cadre des efforts de la Chine pour démontrer que ses efforts pour identifier et combattre les virus sont égaux ou supérieurs aux capacités des États-Unis. Ses tirades déséquilibrées et ses appels à "libérer " des Etats pourraient aussi mener à des violences", a-t-il lancé selon l'AFP.

Édition: