L'allocution d'Emmanuel Macron sur le Covid-19 — En direct

" L'épidémie n'est pas encore maitrisée".

Le président a également rappelé l'importance de continuer à respecter les règles du confinement et les gestes barrières.

Jusque là, les mesures devraient rester identiques. Elles sont en train de montrer leur efficacité et ne doivent être ni renforcées ni allégées, mais pleinement appliquées.

La prolongation du confinement reste le point saillant du discours à la nation d'Emmanuel Macron ce lundi.

Dans ses très attendues recommandations publiées lundi, l'Académie nationale des Sciences Leopoldina a prôné un retour "par étapes" à la normale si "les mesures d'hygiène sont maintenues". J'aimerais tellement pouvoir vous répondre mais en toute franchise, nous n'avons pas de réponse définitive. Ainsi, les crèches, les écoles maternelle et primaire, les collèges et lycées ouvriront progressivement à partir du lundi 11 mai. La reprise des cours dans l'enseignement supérieur ne se fera, en revanche, "pas avant l'été ". "La situation sera collectivement évaluée chaque semaine pour adapter les choses et vous donner de la visibilité pour leur protection". Le choix a donc été fait de prolonger de trois semaines et non de deux, pour une levée progressive des restrictions qui pourrait se faire après les longs week-ends des 1er et 8 Mai.

Il a enfin indiqué que les hôpitaux et les maisons de retraite pourront organiser, en respectant les règles sanitaires, les visites aux malades en fin de vie. "Je sais votre inquiétude" a assuré le Président.

"Emmanuel Macron n'est pas rentré dans les détails de " l'après " coronavirus, mais il a appelé à " rebâtir l'indépendance agricole, sanitaire, industrielle, et technologique française ". Toutefois, des règles particulières seront mises en places. Aucun montant n'a été précisé.

Ces ouvertures iront avec des tests massifs, qui iront en priorité aux personnes avec symptômes, aux soignants et aux plus fragiles. Les laboratoires privés et publics seront habilités à réaliser des tests.

De plus, l'Etat devra permettre, à la mi-mai, à chaque Français de se procurer un "masque grand public" et son usage pourra devenir "systématique" dans certaines situations, comme les transports, et certaines professions, a indiqué le président français. Pour sa troisième allocution solennelle depuis l'Élysée, le président de la République a tenu à remercier, avant toutes choses, les soignants en première ligne, qui "ont tenu". La seconde voie [après la recherche d'un vaccin], ce sont les traitements. Concernant le traitement, "toutes les options sont explorées, la France étant le pays au monde qui a lancé le plus d'essais cliniques".

Édition: