Mandanda, Niang, Ribéry... Le onze de l'ère Pape Diouf à l'OM

Une page se tourne dans l'histoire de l'OM. Décrit comme une très grande figure du football, Pape Diouf a marqué le une grande époque du club marseillais. L'homme de 68 ans est mort à Dakar mardi soir, des suites de l'épidémie du coronavirus. Le destin en a donc décidé autrement, faisant pousser son dernier souffle à Pape Diouf, sur la terre du Sénégal à laquelle il est toujours demeuré attaché, au point d'y passer les plus beaux moments de son enfance. Le défunt était sous assistance respiratoire. Il est décédé à Dakar avant d'avoir pu rejoindre la France. Diplômé de l'Institut de Sciences Politiques d'Aix-en-Provence, Diouf intègre le journal La Marseillaise en tant que pigiste. Basile Boli, Joseph-Antoine Bell, Marcel Desailly, Bernard Lama, William Gallas, Sylvain Armand, Grégory Coupet, Laurent Robert ou Didier Drogba et Samir Nasri font partie des joueurs de son écurie. Quant à Saër Seck, le président de la Ligue sénégalaise de football professionnel souligne la contribution de Pape Diouf au football local. Il occupe cette fonction pendant quatre années. Bien que remercié en 2009 par l'actionnaire majoritaire, il contribue à mener l'OM au titre de champion de France en 2010, après 17 longues années sans titre. Cinq ans après le début de l'aventure et malgré de bons résultats, le dirigeant est démis de ses fonctions en 2009.

En 2004, Pape Diouf intègre l'OM en tant que manager général du sport. Dimanche et lundi, son état était jugé très préoccupant. Il ne le sait pas encore mais son destin sera fortement lié à la cité phocéenne. "Il a été un conseiller pour tous, je retiens en l'homme une honnêteté sans faille" aexpliqué l'ex numéro 10.

"Il laissera un souvenir unique à Marseille ", indique le Marseillais Florian Thauvin. "C'est un constat pénible", regrettait Pape Diouf dans une interview à Jeune Afrique en 2008, mais, estimait-il, "à l'image de la société européenne et, surtout, française, qui exclut les minorités ethniques". Pour le ministre sénégalais des Sports Matar Ba, il était "un modèle " notamment parce qu'il a été " le seul noir à être président d'un grand club [de football] européen ".

Édition: