Présidentielle américaine : Melania Trump réclame "quatre ans de plus pour Donald"

Défenseur engagé de l'armée et de la lutte anti-terroriste, admirateur de la conquête de l'espace et des vétérans, Mike Pence a attaqué la vision d'une Amérique qui serait plongée dans les " ténèbres", comme l'a décrite Joe Biden lors de la convention démocrate la semaine dernière, associant l'ancien vice-président de Barack Obama à " un cheval de Troie pour la gauche radicale ". Une diatribe que le président n'a pas l'intention de laisser passer.

Pris pour cible par Michelle Obama qui l'a accusé d'un "manque total d'empathie", Donald Trump a rétorqué sur Twitter que lui et son administration avaient "construit la plus grande économie de l'Histoire" et "sauvé des millions de vies".

Citant une longue liste de noms de militantes des droits civiques et de leaders politiques, Mme Harris a estimé qu'elles avaient "ouvert la voie à la direction novatrice de Barack Obama et de Hillary Clinton", en référence au premier président afro-américain et à la première femme nommée à la présidence d'un grand parti politique américain, respectivement.

La convention s'est aussi assuré la présence de plusieurs orateurs afro-américains, pour tenter de rallier une partie de l'électorat noir qui lui est globalement hostile, parmi lesquels Tim Scott, seul sénateur républicain noir. Après les conventions qui vont certainement placer Joe Biden en bonne posture, il reste encore une étape cruciale pour le Démocrate en compétition dans la course pour le Bureau oval. La malheureuse ex-candidate, qui a échoué il y a quatre ans pour devenir le leading président des États-Unis, prendra également la parole mercredi, 75 jours avant le scrutin. Ces confrontations seront encore cette année au nombre de trois.

Double peine pour Donald Trump.

" Depuis quatre ans, les gens me disent "Je n'avais pas réalisé combien il était dangereux" (...) ou pire " J'aurais dû voter" ", a-t-elle déclaré, appelant à un sursaut pour éviter que les lendemains de l'élection ne soient, une nouvelle fois, ceux de la déception et des regrets. Mais c'est en évoquant la possible "mort du rêve américain" si Joe Biden l'emportait que le président américain a officiellement lancé sa campagne de réélection lundi 24 août.

Lire aussi Gérard Araud - Avec Kamala Harris, Joe Biden au centre!

Si Trump était démocrate, il y a longtemps qu'il aurait eu un "accident ".Qu'il continu comme ça et les états unis ne sont pas prêts de se relever.Poutine savait bien ce qu'il faisait en le nommant à la maison blanche...

À l'occasion de sa première véritable convention, le pensionnaire de la Maison-Blanche a été très clair, affirmant que la pandémie liée au covid-19 était un prétexte utilisé par le clan opposant, afin de voler l'élection.

" Donald Trump ne s'est pas élevé à la hauteur de la fonction parce qu'il ne le peut pas".

Édition: