Tennis: Une 13ème finale pour Rafael Nadal à Roland Garros !

L'Espagnol de 34 ans disputera sa 13e finale à Paris mais n'en est pas pour autant blasé.

Mais si le Bâlois avait subi cet affront dans le troisième set d'une finale à sens unique (6-1 6-3 6-0 en 1h48'), le Serbe a pris cette 'gifle' d'entrée.

En décembre 2016, une agression au couteau au cours d'un cambriolage à son domicile en République tchèque avait un temps mis sa carrière en péril: sa main gauche, blessée, avait nécessité une opération importante et elle avait été éloignée des courts pendant cinq mois.

L'édition 2020 de Roland-Garros aura droit à sa finale de rêve dans le simple messieurs.

La rencontre était très attendue, certains annonçaient un "blockbuster" en finale de Roland-Garros, mais le combat s'est avéré étonnamment facile ce dimanche pour Rafael Nadal face à Novak Djokovic. Avec 100 victoires, il y a obtenu plus de 10% de ses. Nadal en profitait pour breaker deux fois dans un deuxième set qui s'achevait sur le même score que le premier mais qui avait été encore davantage en faveur du n°2 mondial. "Aujourd'hui, ça a fonctionné pour moi et j'en suis très heureux", a-t-il complété. Il a atteint les quarts à l'Open d'Australie ainsi qu'à Rome juste avant de venir à Paris. D'une part, Rafael Nadal, le joueur le plus dominant que ce sport ait connu sur n'importe quelle surface, quelle qu'elle soit.

La statistique est affolante: après deux sets, le Majorquin n'avait commis que six fautes directes (deux seulement dans le premier set!) tandis qu'il avait frappé 21 coups gagnants.

Dans cette course aux Grands Chelems, il distance ainsi un peu plus Novak Djokovic, toujours bloqué à 17 titres. Une défaite, même en finale de Grand Chelem, ne peut pas me déstabiliser.

"Novak devrait bientôt vaincre Federer à la première place historique et j'ai dit il y a quelque temps, que lui et Rafa dépasseraient le record de Roger en Grand Chelem - je m'en tiens à cela", a conclu Ivanisevic.

Malgré tout, et même si cela repose sur des considérations presque irrationnelles (le poids du lieu, son passé, son passé), j'ai encore de gros problèmes à parier contre Rafael Nadal. Le meilleur joueur de l'histoire sur terre battue a englouti son adversaire, en trois manches lui aussi: 6-0, 6-2, 7-5.

Édition: