Les USA accrochés au dépouillement des Etats clés, Biden serein, Trump frustré

Les résultats de la Présidentielle américaine continuent de tomber et deviennent de plus en plus favorables au démocrate Joe Biden, qui vient de remporter le Wisconsin et le Michigan.

Notre correspondant à New York a filmé une manifestation à Manhattan qui demandait de "compter tous les votes " en réaction aux déclarations de Donald Trump qui voulait stopper les opérations de dépouillement. Six États n'ont pas encore annoncé les vainqueurs: l'Alaska, l'Arizona, la Caroline du Nord, la Géorgie, la Pennsylvanie et le Nevada. De nombreuses télévisions américaines ont même interrompu rapidement ce discours d'un quart d'heure prononcé depuis la Maison Blanche. Ainsi, Joe Biden a affirmé qu'il est "en bonne voie de gagner". Un recours judiciaire contre 35.000 bulletins de vote dans le comté englobant la ville de Pittsburgh - une ville fortement démocrate - a reporté à vendredi leur dépouillement, ajoutant à la tension.

Donald Trump y fait la course en tête depuis mardi soir, mais son avance s'est peu à peu réduite et il n'a plus que 12 800 voix d'avance sur Joe Biden avec 49,5 % des suffrages contre 49,2 % à son adversaire, selon les médias américains. Si Joe Biden inversait la tendance et remportait les 16 grands électeurs en jeu, il ferait un pas énorme vers la présidence. Thomas "Biden et le parti démocrate n'ont pas réussi à regagner la confiance de l'électorat populaire", analyse Thomas Piketty. L'écart reste serré entre Joe Biden et Donald Trump dans plusieurs Etats encore en suspens, même si le premier conserve un léger avantage. La déclaration extraordinaire d'un président sortant pour exprimer son soutien à la cessation du décompte des votes légalement exprimés a été publiée dans un tweet de jeudi matin, disant seulement: STOP THE COUNT!

Les enquêteurs sont passés à l'action jeudi soir, après avoir reçu une information sur le déplacement suspect d'un véhicule de marque Hummer, occupé par plusieurs personnes armées de fusils d'assaut AR-15. Les propos de Donald Trump n'ont pas choqué que les médias, mais également des membres de son propre parti. 89 % des votes ont été comptabilisés dans cet Etat désertique de l'Ouest, qui avait choisi Hillary Clinton en 2016.

Les lieutenants et la famille du président ont lancé une intense campagne de désinformation pour persuader leurs troupes que des fraudes massives étaient en cours, notamment dans les États comme la Pennsylvanie qui sont gouvernés par des démocrates.

" Le président est dans son droit quand il demande un recomptage " des votes et " quand il appelle à une enquête sur des irrégularités présumées là où il y a des preuves", mais " il a tort de dire que l'élection a été truquée, corrompue et volée", a dit M. Romney, dont les relations avec le président sont houleuses, dans un message sur Twitter. Pour l'heure, aucun vainqueur n'est officiellement sorti de ce scrutin. Ce jeudi 5 novembre, depuis la Maison Blanche, Donald Trump a parlé pour la première fois publiquement depuis l'élection de mardi et s'est attelé à discréditer le processus de comptage des votes, à grands coups d'accusations sans preuves, mais uniquement dans les Etats où il est en difficulté.

Édition: