Le conseil d'administration a validé l'idée d'un appel d'offres — LFP

Le patron du groupe Canal+ Maxime Saada, le 13 septembre 2019 à La Rochelle.

C'était réunion de crise ce jeudi à la Ligue de football professionnel (LFP).

En octobre dernier, le groupe annonce qu'il veut renégocier le contrat et les montants signés avec la LFP. Après avoir provoqué le plus grand drame de l'histoire du football français, et ne plus avoir payé aucun droit depuis le 5 août, Mediapro continue de diffuser 80% des matchs.

Mais Mediapro s'est montré incapable d'honorer ses paiements cet automne, avant de signer un accord en décembre en vue de son retrait. Maxime Saada certifie que toutes les recettes seraient versées directement à la Ligue. En termes plus simples, une garantie bancaire sera exigée. Si Canal +, qui réclame un appel d'offres sur l'intégralité des droits, pourrait contester cette procédure, la chaîne cryptée semble malgré tout incontournable. En l'occurrence, huit matches sur la chaîne du groupe Médiapro, dont le 100 Classique entre l'OM et le PSG, et deux affiches sur C+. Une première en trente-cinq ans d'appels d'offres. Et la durée de la consultation devrait être d'une semaine, histoire que la L1 retrouve un nouveau diffuseur d'ici au 28 janvier prochain. Après, on trouve un accord ou non.

BeIN n'a pas encore validé le choix de Canal+.

Il est néanmoins précisé que la LFP peut décider de renoncer au bénéfice de cette garantie, si le diffuseur est bien noté par une agence de notation reconnue, à un rang minimal de "qualité supérieure moyenne", soit A- chez la plupart de ces agences. Qu'en serait-il des matches diffusés par Canal+?

Selon une source proche du dossier à franceinfo, cette solution de l'autodiffusion commence à prendre de l'épaisseur. Actuellement, la chaîne propose d'ailleurs des offres à la journée ou à la semaine. Les diffuseurs intéressés à l'instar de Canal+ ont donc désormais une dizaine de jours seulement pour mettre sur pied une offre chiffrée sur les lots de matches mis en jeu. "Le jour où on a négocié la Ligue avec Mediapro", Jean-Michel Aulas explique qu'il a "senti qu'il y avait de la part de Canal+ une frustration". Tous les championnats européens ont été touchés par les conséquences économiques de la pandémie. Dans un marché des droits TV en net repli ces derniers mois, l'incertitude a de quoi faire frissonner les clubs professionnels, qui luttent pour leur survie.

Édition: