Microsoft discute avec Trump de l'acquisition de l'application — TikTok

Microsoft affirme comprendre parfaitement les préoccupations du président Trump et qu'une inspection de sécurité approfondie de l'application TikTok sera effectuée avant l'achat.

Le président Donald Trump a annoncé vendredi qu'il allait interdire aux Etats-Unis le réseau social TikTok, soupçonné par Washington de pouvoir être utilisé par le renseignement chinois. TikTok, plébiscitée par les plus jeunes grâce à ses vidéos autour de l'humour, de la danse et de la musique, appartient au groupe chinois ByteDance et compte près d'un milliard d'utilisateurs dans le monde. Une accusation que TikTok a toujours rejetée.

Par cette acquisition, Microsoft s'immiscerait dans un bras de fer géopolitique où il peut prendre des coups.

"Une part substantielle du prix va devoir aller dans les caisses des Etats-Unis, parce que nous faisons en sorte que cette transaction soit possible", a-t-il dit à la presse à la Maison Blanche.

Certes, Microsoft est présent dans les réseaux sociaux.

Sa popularité s'est accentuée pendant la pandémie de Covid-19: les "tiktokeurs" se lançaient des défis pour s'occuper et suivaient les "influenceurs" les plus en vue sur la plateforme. Mais il s'agit, là aussi, d'un outil professionnel. "De ce que j'ai pu en voir, dans son état actuel, TikTok n'a pas de comportement suspect, et n'exfiltre pas de données inhabituelles", conclut-il. Des actionnaires minoritaires pourront se joindre à l'opération.

Le réseau social est aussi contesté ailleurs qu'aux Etats-Unis, mais pour différentes raisons. La Bourse ne s'y est pas trompée, le titre Microsoft prenant 4,3 %, lundi matin, lors des premiers échanges à Wall Street. Reuters a appris de source proche du dossier que les discussions n'avaient pas permis de parvenir à un accord pour que la compagnie chinoise cède ses activités aux États-Unis. "Nous n'allons nulle part", a réagi samedi Vanessa Pappas, responsable de la branche Etats-Unis de TikTok, dans une vidéo pour rassurer les utilisateurs, après l'annonce du bannissement par Donald Trump. Et dans ce laps de temps, Microsoft continuera de communiquer avec le gouvernement américain, et surtout avec Trump.

Une interdiction totale de TikTok ne manquerait pas de frustrer bon nombre des utilisateurs de l'application à trois mois de l'élection présidentielle américaine et ferait probablement l'objet de multiples recours juridiques.

Microsoft prévoit de poursuivre les discussions avec la société mère de TikTok, ByteDance, "dans quelques semaines " et les achèvera au plus tard le 15 septembre 2020, ont déclaré les responsables.

Édition: