Etats-unis : le Capitole envahi par les partisans de Trump

Il a révélé cela dans un message sur les médias sociaux, tout en réagissant aux violences perpétrées au Capitole par les partisans de Trump, qui voulaient empêcher le Congrès américain de certifier l'élection remportée par Joe Biden. Avec Kamala Harris, ils prêteront serment à midi, respectivement comme président et vice-président des Etats-Unis.

Donald Trump a déjà subi une telle procédure, mise en échec par le Sénat sortant à majorité républicaine, pour ses efforts supposés afin de contraindre l'Ukraine à ouvrir une enquête sur les activités d'un fils de Joe Biden dans ce pays.

De fait, démocrates, éditorialistes et même quelques voix républicaines exhortent Mike Pence à activer le 25e amendement de la Constitution, qui permet de mettre à l'écart un président jugé "inapte" à exercer ses fonctions.

Le suspense est fini: Donald Trump a annoncé ce vendredi dans un tweet qu'il ne serait pas présent à la cérémonie officielle de la prestation de serment de Joe Biden qui aura lieu le 20 janvier.

Le président sortant, qui continue de nier la victoire de son rival démocrate Joe Biden, encourage depuis des jours ses supporteurs à défiler dans la capitale pour cette journée qui sera " folle", a-t-il prévenu.

Le discours nettement plus apaisé de Donald Trump marque un changement dans l'opposition frontale entre républicains et démocrates, montée à son paroxysme mercredi.

Une hypothèse improbable: sans opposant, la présidente du parti Ronna McDaniel, une proche de Donald Trump, a été réélue sans encombre à la tête du Grand Old Party (GOP) pour deux ans vendredi. Nancy Pelosi et Chuck Shummer prévoient donc de lancer dès lundi une nouvelle procédure d'impeachment. Le président élu a dénoncé le refus de M. Trump d'accepter gracieusement la défaite et a laissé entendre que le président était responsable de la violence. Les chefs de l'opposition au Congrès qualifient Trump de "déséquilibré". Il s'agit des secrétaires d'Etat aux Transports et à l'Education.

"Il est indéniable que votre rhétorique a eu un impact sur la situation, et c'est un point de bascule pour moi", a accusé Mme DeVos dans une lettre adressée à Donald Trump.

Depuis qu'il s'est lancé en politique, Donald Trump a un avantage sur ses adversaires: personne ne le prend au sérieux.

Édition: